Whitney

La frontière entre le Canada et les États-Unis restera fermée pendant un mois encore, alors que les provinces rouvriront lentement

Des camions de transport s’approchent du poste frontière canado-américain de Windsor (Ontario) le 21 mars. La frontière entre les deux pays restera fermée aux voyages non essentiels pendant encore 30 jours, a annoncé le premier ministre mardi. (Rob Gurdebeke/La Presse Canadienne)

Les provinces commencent prudemment à autoriser la réouverture des entreprises et des services à la suite de leur verrouillage en cas de pandémie, mais la frontière canado-américaine restera fermée pendant au moins 30 jours supplémentaires.

Le Premier ministre Justin Trudeau a annoncé l’accord de prolongation de la fermeture lors de sa conférence de presse quotidienne aujourd’hui.

Les deux pays ont conclu un accord en mars pour fermer temporairement la frontière aux voyages non essentiels – c’est-à-dire pas de visites récréatives – tout en la gardant ouverte au trafic commercial et aux travailleurs essentiels qui traversent pour le travail.

Cet accord a été prolongé en avril de 30 jours et devait expirer le 21 mai.

M. Trudeau a déclaré que les provinces ont exprimé un “désir clair” de maintenir la frontière fermée en raison de la menace de déplacement des cas COVID-19 vers le nord. Il a déclaré que les Américains étaient “tout à fait ouverts” à la prolongation de la fermeture.

Interrogé sur le moment où le Canada pourrait rouvrir aux visiteurs internationaux, M. Trudeau a déclaré que le gouvernement prend des décisions de semaine en semaine en fonction d’une situation qui évolue rapidement.

“A chaque étape, nous devons prendre les bonnes décisions en fonction des circonstances”, a-t-il déclaré.

Trudeau a déclaré que même après l’assouplissement des restrictions de voyage, des mesures fortes doivent être mises en place pour limiter la propagation du virus et pour s’assurer que les visiteurs ne deviennent pas des vecteurs de la propagation du COVID-19.

L’administrateur en chef de la santé publique du Canada, le Dr Theresa Tam, a déclaré qu’à mesure que les mesures de santé publique seront progressivement levées, il sera extrêmement important pour les responsables de la santé de détecter et de réprimer les nouveaux cas afin de s’assurer que le système de soins de santé ne soit pas débordé. Elle a ajouté que les efforts pour gérer la propagation du virus ont été facilités par la réduction du nombre de voyageurs internationaux venant au Canada.

“S’il y a une augmentation du volume, nous voulons nous assurer que la sécurité des Canadiens est notre priorité. Nous voulons donc nous assurer non seulement de maintenir, mais aussi de renforcer certaines de ces mesures”, a-t-elle déclaré, ajoutant que la quarantaine obligatoire de 14 jours pour les arrivées reste une “pierre angulaire” de la politique fédérale en matière de pandémie pour l’avenir.

Tam a ensuite déclaré au comité de la santé des Communes que rien ne garantit que le Canada soutiendra la réouverture de la frontière lorsque la prolongation des restrictions prendra fin.

“Ce qui se passera en juin dépendra de la situation épidémiologique aux États-Unis à ce moment-là”, a déclaré M. Tam. “Nous continuerons à l’évaluer, mais pour l’instant, je pense que la recommandation, et avec les médecins en chef, savent que nous devons maintenir cette frontière restreinte comme elle l’est maintenant”.

Tam a également déclaré que lorsque la réponse du Canada à la pandémie est examinée, et que les fonctionnaires se penchent sur le moment de la décision de fermer la frontière américaine, ils ont décidé que cela aurait dû être fait plus tôt.

“En revenant en arrière, auriez-vous pu le faire plus rapidement ? C’est possible. Je pense que c’est quelque chose qui pourrait se faire plus rapidement”, a déclaré M. Tam.

“Je pense qu’avec le recul ; oui, je pense que les gens pourraient agir plus vite et peut-être qu’à l’avenir nous prendrons des décisions différentes et cela reste à voir dans les leçons apprises”, a-t-elle ajouté.

Epidémiologie contre économie

Moshe Lander, économiste à l’université Concordia, a déclaré que la frontière resterait probablement fermée pendant plusieurs mois.

Parce que la reprise économique nécessitera des tests de dépistage du virus avec des réponses rapides et précises et des exigences minimales de quarantaine, a-t-il dit, les gouvernements donneront la priorité aux tests pour leurs propres citoyens d’abord et pour les étrangers ensuite.

“Si des millions de personnes traversent la frontière, ces millions de tests devraient être utilisés pour s’assurer que la situation intérieure est sécurisée en premier lieu. Ce type de volume est encore à des mois de l’ouverture de la frontière”, a-t-il déclaré.

“Cette pandémie est le compromis économique ultime : l’épidémiologie contre l’économie. Si l’on se concentre excessivement sur l’une, on nuit à l’autre. Pour l’instant, l’accent a été mis sur la première. Nous sommes maintenant arrivés à un point où les politiciens se tournent vers la seconde, mais pas assez pour qu’ils mettent en danger la santé nationale au profit de l’accès à l’économie étrangère”.

M. Trudeau a également annoncé aujourd’hui que le gouvernement élargit les règles d’éligibilité au programme de prêts sans intérêt pour les petites entreprises, en donnant aux entreprises sans masse salariale l’accès à des prêts garantis par le gouvernement jusqu’à 40 000 dollars chacun.

Un quart du prêt est remboursable.

Un accès élargi aux prêts aux petites entreprises

Les modifications apportées au compte d’entreprise d’urgence du Canada (CEBA) signifient que le programme est désormais accessible :

  • Les propriétaires uniques qui tirent des revenus de leur entreprise.
  • Les entreprises qui dépendent d’entrepreneurs.
  • Les entreprises familiales qui paient leurs employés sous forme de dividendes plutôt que de salaires.

Les demandeurs dont la masse salariale est inférieure à 20 000 $ doivent avoir un compte d’exploitation d’entreprise dans une institution financière, un numéro d’entreprise de l’Agence du revenu du Canada et une déclaration de revenus 2018 ou 2019 pour faire une demande.

Ils doivent également avoir des dépenses non reportables – telles que le loyer, les taxes foncières, les services publics et les assurances – comprises entre 40 000 et 1,5 million de dollars.

La Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) a déclaré que cette annonce est une bonne nouvelle pour les entreprises familiales qui se paient en dividendes, pour les gymnases et autres qui emploient des entrepreneurs, et pour celles qui louent des chaises, comme les salons.

“Il est essentiel que cette extension du programme soit mise en place le plus rapidement possible, car les entreprises qui en ont été exclues ont passé deux mois avec peu d’aide et doivent maintenant faire face à une autre échéance de loyer, le 1er juin”, a déclaré la FCEI dans un communiqué.

“Avec de nombreuses provinces qui envisagent maintenant de rouvrir leur économie, les petites entreprises auront besoin d’un soutien continu pour traverser les mois à venir”.

La FCEI a demandé au gouvernement d’augmenter le montant des prêts, ainsi que la partie qui est remboursable, car de nombreuses entreprises sont confrontées à une longue période de reprise.

La Chambre de commerce du Canada a déclaré que cette annonce répond à ses critiques concernant les anciennes règles d’éligibilité, à savoir qu’elles étaient discriminatoires à l’égard de certaines entreprises ayant des structures commerciales différentes, comme les entrepreneurs qui tirent directement leurs revenus de leur entreprise. Mais elle a ajouté que l’obligation pour les entreprises d’avoir un compte professionnel disqualifiera de nombreuses petites entreprises qui n’ont pas de compte séparé pour leur activité.

A Ottawa pour une conférence de presse aujourd’hui, le chef des conservateurs Andrew Scheer a déclaré à nouveau qu’il est temps que le Parlement rouvre également.

Il a réitéré sa demande pour qu’un contingent réduit de députés revienne à Ottawa le 25 mai, conformément aux directives de santé publique sur l’éloignement physique.

Qualifiant le Parlement de service essentiel, Scheer a accusé Trudeau d’utiliser la crise sanitaire mondiale pour esquiver la transparence et la responsabilité alors que son gouvernement dépense des milliards de dollars.

“Le gouvernement ne doit pas être autorisé à cacher des choses aux Canadiens”, a-t-il déclaré.

Les provinces prennent cette semaine d’autres mesures pour rouvrir leur économie.

En Colombie-Britannique, les restaurants sont désormais autorisés à ouvrir des salles à manger à condition de respecter des protocoles de sécurité tels que la fourniture de menus jetables et le maintien de mesures d’éloignement.

En Saskatchewan, les magasins, les coiffeurs et les massothérapeutes sont autorisés à ouvrir en vertu de règles d’espace et d’hygiène.

L’Ontario lève également certaines restrictions, autorisant la réouverture des magasins de détail dont l’entrée donne sur la rue.

Mais le premier ministre Doug Ford a annoncé aujourd’hui que les écoles resteront fermées jusqu’à la fin de l’année scolaire.

138 passagers d’un vol qui s’est écrasé en Iran se dirigeaient vers le Canada : Trudeau

  • by
Le Premier ministre Justin Trudeau présente ses condoléances à toutes les personnes touchées par le crash du vol PS752 d’Ukraine International Airlines qui s’est écrasé peu après le décollage de l’avion de l’aéroport de Téhéran.

Le Premier ministre Justin Trudeau a déclaré que la plupart des passagers du vol d’Ukraine International Airlines qui s’est écrasé en Iran ce matin, tuant tout le monde à bord, étaient à destination du Canada.

“Au moins 63 Canadiens étaient à bord et 138 passagers de ce vol étaient en correspondance avec le Canada – tous des gens qui ne rentreront pas chez eux auprès de leurs parents, de leurs amis, de leurs collègues ou de leur famille”, a déclaré M. Trudeau lors d’un point de presse à Ottawa cet après-midi, quelques heures après que 176 personnes à bord du vol PS752 de Téhéran à Kiev – dont des familles, des universitaires et des étudiants canadiens – aient été tuées.

“Aucun mot n’effacera votre douleur, mais je veux que vous sachiez qu’un pays entier est avec vous. Nous partageons votre chagrin.”

Trudeau a réitéré sa promesse de veiller à ce que l’accident – l’une des catastrophes les plus meurtrières impliquant des citoyens canadiens depuis des décennies – fasse l’objet d’une enquête approfondie. Il a déclaré que le ministre des affaires étrangères, François-Philippe Champagne, s’entretiendra bientôt avec son homologue iranien pour faire avancer les choses.

“Les Canadiens ont des questions et ils méritent des réponses”, a-t-il déclaré, entouré du ministre de la défense Harjit Sajjan, du ministre des transports Marc Garneau et du chef d’état-major de la défense le général Jonathan Vance.

Ni Trudeau ni Garneau n’ont voulu spéculer sur la cause de l’incident.

On a demandé à Trudeau s’il pouvait affirmer catégoriquement que le crash, qui s’est produit quelques heures seulement après que l’Iran ait lancé une attaque de missiles balistiques sur des bases irakiennes abritant des soldats américains, n’a pas été abattu.

“Je ne peux pas. Il est trop tôt pour spéculer”, a-t-il déclaré.

Au début, les responsables ukrainiens et iraniens ont déclaré qu’ils soupçonnaient qu’un problème mécanique avait entraîné l’écrasement du Boeing 737-800, mais l’ambassade ukrainienne en Iran a déclaré par la suite que les commentaires précédents sur la cause de l’écrasement n’étaient pas officiels.

Quelque chose de très inhabituel s’est produit” : Garneau

Garneau, un ancien astronaute, dit que les données satellite suggèrent que le Boeing 737-800 a décollé normalement, mais que les officiels ont perdu le contact avec le vol presque immédiatement après.

“Nous avons perdu le contact avec lui, ce qui suggère que quelque chose de très inhabituel s’est produit, mais nous ne pouvons pas spéculer pour le moment”, a-t-il déclaré.

“Il y a un certain nombre de possibilités et nous devrons attendre pour obtenir plus d’informations, peut-être des boîtes noires ou d’autres renseignements, mais à ce stade il est trop tôt pour spéculer”.

Le Bureau de la sécurité des transports du Canada a déclaré que les responsables iraniens mèneront l’enquête et qu’il nommera un expert canadien pour recevoir et examiner les informations de l’enquête.

Ukraine International Airlines, qui a suspendu ses vols vers Téhéran pour une durée indéterminée, a publié une déclaration indiquant que l’avion a été construit en 2016 et a subi sa dernière maintenance prévue lundi.

Le travail de recherche des causes du crash et de rapatriement des corps des Canadiens sera compliqué par le fait que le Canada a rompu ses liens diplomatiques avec l’Iran il y a des années.

“Je pense que toutes sortes de problèmes seront entravés et, en plus de cela, cela empêche le Canada de jouer un rôle de médiateur dans cette situation difficile que nous connaissons actuellement”, a déclaré Pouyan Tabasinejad, vice-président du Congrès iranien canadien.

“Le rapatriement prendra plus de temps. L’obtention d’informations et la collaboration avec les autorités de l’aviation civile en Iran sont entravées”.

La situation évolue : le ministre des affaires étrangères

M. Champagne a qualifié la situation d'”extrêmement fluide” et a déclaré que le nombre de Canadiens dont la mort a été confirmée pourrait changer à mesure que de nouvelles informations seront disponibles, notamment sur la double citoyenneté.

“J’ai été en contact avec mon homologue ukrainien et je continuerai à parler à toutes les autorités compétentes”, a-t-il déclaré dans un communiqué de presse.

“Nous continuerons à tenir les Canadiens informés au fur et à mesure de l’évolution de la situation”.

On pense qu’au moins 27 personnes d’Edmonton figurent parmi les morts. Des victimes auraient également vécu en Nouvelle-Écosse, en Colombie-Britannique, au Québec et en Ontario.

“Nous avons perdu une partie importante de notre communauté, et tous les habitants d’Edmonton qui sont d’origine iranienne connaîtront quelqu’un qui était sur ce vol”, a déclaré Payman Parseyan, membre de la communauté irano-canadienne dans la capitale provinciale de l’Alberta.

Le ministre ukrainien des affaires étrangères, Vadym Prystaiko, a déclaré que des ressortissants iraniens, ukrainiens, suédois, afghans, britanniques et allemands étaient également à bord.

L’ambassadeur d’Ukraine au Canada, Andriy Shevchenko, a déclaré que son pays travaille avec les autorités iraniennes sur le terrain pour identifier les corps et aider les familles.

“Mon cœur est brisé”, a-t-il dit. “Nous devrons traverser cette terrible douleur avec nos frères et sœurs canadiens.”

M. Trudeau a déclaré qu’il s’était entretenu avec plusieurs dirigeants, dont le président américain Donald Trump, le président français Emmanuel Macron et le premier ministre britannique Boris Johnson, qui lui ont présenté leurs condoléances.

Les chefs de partis et les premiers ministres britanniques ont également exprimé leurs condoléances.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a déclaré que les familles des victimes “méritent des réponses claires”.

“Mais quelle que soit la cause, c’est dévastateur”, a-t-il dit. “Je souhaite de l’amour à leurs familles, amis et communautés, et à tous ceux qui sont touchés par cette tragédie.”

Le chef conservateur Andrew Scheer a qualifié le crash de “terrible tragédie”, tandis que le chef de l’Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde a tweeté un rappel que “la vie est précieuse”.

“Aujourd’hui est un jour triste pour notre pays”, a déclaré M. Scheer.

Avis aux voyageurs canadiens

Selon Global Affairs Canada, les amis et parents de citoyens canadiens dont on pense qu’ils sont à bord peuvent contacter le centre de surveillance et d’intervention d’urgence de Global Affairs. Les citoyens canadiens en Iran qui ont besoin d’une assistance consulaire doivent contacter l’ambassade du Canada à Ankara ou appeler le centre de surveillance et d’intervention d’urgence de Global Affairs Canada.

Le Canada exhorte les Canadiens à éviter tout voyage non essentiel en Iran “en raison de la situation sécuritaire instable [et] de la menace régionale de terrorisme”.

“Les Canadiens, en particulier ceux qui ont la double nationalité canadienne et iranienne, risquent d’être arbitrairement interrogés, arrêtés et détenus”, ajoute l’avertissement.

“L’Iran ne reconnaît pas la double nationalité et le Canada ne sera pas autorisé à accorder l’accès consulaire aux doubles citoyens canado-iraniens. Les doubles citoyens canado-iraniens doivent examiner attentivement les risques qu’ils courent en se rendant en Iran”.

L’avis aux voyageurs ne mentionne pas l’accident d’avion.

Trudeau sur l’action américaine contre l’Iran

Lors de sa conférence de presse de mercredi, M. Trudeau a confirmé que des militaires canadiens étaient présents sur une base aérienne en Irak frappée par des missiles iraniens mardi.

“Je peux confirmer qu’il y avait des Canadiens à la base d’Erbil lorsque les roquettes ont atterri, mais ils sont tous en sécurité”, a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé s’il soutenait la décision de Trump de tuer le commandant militaire iranien Qassem Soleimani par une attaque de drone la semaine dernière, Trudeau a répondu que la décision était du ressort des Etats-Unis. Il n’a pas dit de manière définitive s’il soutenait les actions de Trump.

“Le Canada est conscient de la menace que représente l’IRGC pour la sûreté et la sécurité régionales et locales – c’est quelque chose dont nous sommes conscients depuis longtemps. Les Américains ont pris une décision basée sur leur évaluation de la menace”, a déclaré M. Trudeau.

Après l’attaque aux missiles de mardi, l’administration fédérale américaine de l’aviation a publié un avis décrivant les restrictions de vol interdisant aux opérateurs de l’aviation civile américaine de voler dans l’espace aérien au-dessus de l’Irak, de l’Iran et des eaux du golfe Persique et du golfe d’Oman.

Transports Canada a donné suite à cet avis en tweetant qu’Air Canada – le seul transporteur aérien canadien qui opère dans la région couverte par l’avis américain – a modifié ses routes dans la région.

Un porte-parole de la compagnie aérienne a déclaré qu’elle redirigeait ses vols vers Dubaï et qu’elle procéderait à d’autres ajustements si nécessaire.

“En raison de la situation incertaine actuelle au Moyen-Orient, Air Canada, comme de nombreux transporteurs internationaux, a pris des mesures de précaution”, peut-on lire dans la déclaration d’Air Canada.

“Air Canada n’a pas utilisé l’espace aérien iranien depuis le milieu de l’année dernière. Ces derniers ajustements concernent l’espace aérien irakien, que nous allons désormais également éviter”.