RésistanceS.be 08-09-2013

Un article de Marcel Sel pour RésistanceS.be


Le député Laurent Louis nie la Shoah


Le parlementaire fédéral Laurent Louis (33 ans) dérive sérieusement. Depuis son exclusion du Parti populaire. Il adopte désormais une vision antisémite du monde politique. Avec ses actuels alliés idéologiques : la formation belge « Islam », le Parti Anti-Sioniste français et Dieudonné. Pour les lecteurs de RésistanceS.be, le journaliste Marcel Sel passe au crible une nouvelle provocation du parlementaire belge [S.H].

 


Laurent Louis vient de poster, sur sa page Facebook, une nouvelle provocation antisémite (notre illustration ci-dessus).


Sur sa page Facebook, le député populiste belge Laurent Louis diffuse un film « antisioniste », l'assortissant d'un commentaire que je commente ci-dessous. Le film en question reprend notamment un extrait d'une conférence d'Eustace Mullins, antisémite américain, adepte du fasciste Ezra Pound. Voici pourquoi, je considère antisémite le texte de Laurent Louis :

« Regardez comment les sionistes ont financé Hitler et créé la seconde guerre mondiale »

Le parlementaire rejette dans cet extrait, la responsabilité de la Shoah sur des Juifs, et par extension sur les Juifs en général. C'est une forme claire de minimisation de la Shoah.

« pour arriver à la réalisation de leur projet, la création de l’Etat d’Israël. »

Convertit la création de l'État d'Israël en une fondation diabolique, pour laquelle les sionistes n'auraient pas hésité à provoquer des dizaines de millions de morts, et à soutenir l'assassinat industriel et le gazage des Juifs d'Europe… 

Plus un Palestinien en vie

« Pas étonnant qu’aujourd’hui Israël pratique une politique nazie en Palestine. »


Laurent Louis minimise à nouveau la Shoah en la ramenant à une guerre contre des civils, à une occupation violente, voire à des crimes de guerre. Toutes les qualifications précédentes me paraissent relever d'une opinion respectable (autant que celle qu'Israël aurait le droit de se défendre). En revanche, comparer une occupation violente, illégale (et donc inacceptable de mon propre point de vue) au nazisme, qui a organisé l'assassinat industriel de millions de Juifs, une violence suffocante envers des Ukrainiens, Serbes, Grecs, Tchèques, Roms, et tant d'autres peuples, revient à minimiser les crimes nazis, et relève donc de la loi contre le négationnisme Si Israël appliquait une politique comparable à celle des nazis envers les Juifs, il n'y aurait plus un Palestinien en vie depuis les années cinquante !

« En regardant ce reportage, vous comprendrez aussi que ceux qui accusent les antisionistes d’être antisémites sont des imbéciles ou de fins stratèges. »

Utilise la mauvaise habitude de certains Israéliens d'assimiler l'antisionisme à l'antisémitisme à tort et à travers pour justifier des déclarations antisémites et diffuser un film qui l'est autant (sinon plus) sous le couvert d'un simple « antisionisme ». Non, on n'est pas forcément antisémite quand on est antisioniste (ou qu'on défend le droit des Palestiniens à un territoire continu, non morcelé par une colonisation qui ne vise qu'à les décourager de rester sur leurs terres). Mais ici, l'idée diffusée par Laurent Louis est celle de la responsabilité de Juifs dans la Shoah, qui de facto minimise celle d'Hitler et du parti nazi. Ça, c'est de l'antisémitisme, et se cacher derrière la différence entre antisionisme et antisémitisme pour prévenir toute accusation ne fait qu'aggraver son cas.


Conspiration philosémite

« En effet, Israël est le SEUL pays au monde qu’il soit interdit de critiquer »


C'est faux, je viens de le faire…

« sans être traité d’antisémite (ce qui n’a rien à voir). »

Récusation du fait que cela peut être une seule et même chose, particulièrement quand la critique d'Israël sert uniquement à diffuser des messages haineux dignes, dans le cas de Laurent Louis, des Protocoles des Sages de Sion.

« et en Europe, l’antisémitisme conduit en prison ! »

… tout comme n'importe quel autre racisme. En soulignant le cas de l'antisémitisme et en le présentant comme aberrant ou scandaleux, Laurent Louis présente la partie « antisémitisme » de la loi contre le racisme et le négationisme comme un excès honteux, une sorte de conspiration philosémite contre les antisionistes. Et le bouquet :

« Voilà comment les sionistes sont devenus les maîtres du monde ! »

Le député belge reprend de façon soi-disant non-antisémite, l'un des arguments nazis les plus efficaces : les Juifs domineraient le monde. Un argument cher, d'ailleurs, à Eustace Mullins qui apparaît longuement dans la vidéo.


Laurent Louis, une poule sans tête ?
Laurent Louis n'est pas un « simple » antisioniste, c'est un antisémite. Ce texte n'est pas digne d'un représentant de l'électeur belge. Ce monsieur n'est pas digne de siéger à la Chambre des représentants. J'espère que le Centre pour l'égalité des chances et contre le racisme et le MRAX n'hésiteront pas à le poursuivre comme il se doit. N'étant pas simple citoyen mais député, le texte ahurissant pondu n'en est que plus inacceptable.
Enfin, on me dira que Laurent Louis n'est qu'une poule sans tête et qu'il vaut mieux faire comme s'il n'existait pas. Dans la plupart des cas, je suis ce raisonnement. Mais, il traîne derrière lui quelques milliers de supporters. Il y a des moments où on ne peut pas laisser passer ce genre d'abomination sans réagir.


Marcel SEL

[Cet article du journaliste, auteur et chroniqueur, Marcel Sel, a été mis en ligne sur le site RésistanceS.be avec son aimable autorisation. Depuis plusieurs années, celui-ci soutient, et vice versa, notre média. S.H].

 



GALAXIE DIEUDONNE - Depuis quelques mois, le député fédéral Laurent Louis est membre de la « galaxie pro-Dieudonné ». Comme le montre cette photo de son profil Facebook. Dans cette galaxie, il y a déjà quelques belges : le journaliste Olivier Mukuna , des militants du parti EGALITé (gauche radicale communautariste  ), un ancien membre de la direction du Front national belge et membre du comité de soutien à Jean-Marie Le Pen, un avocat proche d'un responsable de l'ombre du FN « canal historique », condamné pour racisme. Bref, que du beau linge ! [S.H]

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© Marcel Sel - Article mis en ligne sur RésistanceS.be  (web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite, www.resistances.be) le 8 septembre 2013.

 

 

 



En juin dernier, le député fédéral belge annonçait sur son compte Twitter (notre illustration ci-dessus) qu'il était « très heureux de bénéficier du soutien de Dieudonné », le compagnon de route politique, depuis 2006, du Front national lepéniste.

MARCEL SEL
L'article sur les dernières provocations de Laurent Louis, ci-contre, signé par Marcel Sel, journaliste, auteur et chroniqueur, a été mis en ligne sur le site RésistanceS.be avec son aimable autorisation. Depuis plusieurs années, Marcel Sel soutient, et vice versa, notre média.


Il est notamment l'auteur d'un livre d'analyse sur les racines idéologiques de la N-VA, le parti nationaliste flamand de Bart De Wever

[S.H]



Marcel Sel anime un blog d'humeur politique. Pour le consulter 

 


LES DATES IMPORTANTES
du député fédéral Laurent Louis

1980
Naissance de Laurent Louis, le 29 février 1980, à Nivelles.

1998
A l'âge de 18 ans, il adhère au Parti réformateur libéral (PRL), l'ancêtre de l'actuel Mouvement réformateur (MR), le parti de la droite libérale belge francophone.

2009
Il devient le président des Jeunes MR de Nivelles et le collaborateur parlementaire d'une députée réformatrice wallonne.

2010
Elections législatives, élu au Parlement fédéral sur une liste du Parti populaire (PP), formation populiste de droite ultralibérale qui vient d'apparaître quelques mois auparavant.

2011
En janvier, le PP exclut Laurent Louis, son unique député, pour des propos considérés comme « racistes ». Le mois suivant, il fonde et s'autoproclame président du Mouvement libéral démocrate (MLD). Gardant les mêmes initiales, il change de nom ensuite en Mouvement pour la liberté et la démocratie.
Pour incitation à la haine raciale, le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme (CECLR, organisme public fédéral) porte plainte contre lui, en novembre 2011.



Affiche pour une conférence de Laurent Louis, en juin dernier dans la ville française de Lille. Adepte des théories du complot, il est présenté en France, par ses amis, comme un « député antisioniste ».

2012
Laurent Louis accuse, en janvier, le premier ministre fédéral d'être pédophile. Il reprend à son compte, les divagations faites, dans les années 1990, au Parlement fédéral par la présidente du Front nouveau de Belgique (FNB), un parti d'extrême droite belgicaine, allié alors aux néonazis du groupe l'Assaut. Avec divers groupuscules d'extrême droite (NWA, Nation, NS Wallonie...), il manifeste contre la libération anticipée de Michelle Martin, l'ex-femme et complice de Marc Dutroux.
Sous les couleurs de son MLD, Laurent Louis se présente, en octobre, aux élections communales à Nivelles. Elles se soldent, pour lui, par un cuisant échec (1,9 %).

2013
En janvier, le MLD est dissous par son président-fondateur. Ensuite, Laurent louis se rapproche du parti belge « Islam » (deux conseillers communaux), s'allie en France au Parti Anti-Sioniste (PAS), d'obédience musulmane chiite, et avec Dieudonné, « collabo » depuis 2006 du Front national, formation pourtant anti-immigration et islamophobe.
Venant de la droite libérale pro-sioniste, Laurent Louis endosse désormais un antisionisme dévoyé, teinté de grosses couches antisémites. En juin, il reçoit une « Quenelle d'or », un prix annuel de la « subversion » proposé par son ami Dieudonné.

2014
Pour les élections régionales, fédérales et européennes qui se dérouleront en mai 2014, Laurent Louis a déjà annoncé qu'il créerait la surprise. Il tentera de déposer en Belgique des « listes antisionistes », comme le firent, aux élections européennes 2009 en France, le PAS et Dieudonné.

[S.H]




Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2013 »

 




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011