RésistanceS.be 11-01-2014

Quelques petites nouvelles de l'extrême droite francophone avant les élections du 25 mai


Création avortée du Front d’union National


Dans l'objectif de récupérer l'électorat du Front national belge, la Nouvelle Wallonie Alternative (NWA) a créé une nouvelle « marque » : le Front d'union National (sic). Une appellation considérée comme trop proche de celle de son parti, Marine Le Pen vient de déposer plainte contre son propriétaire, Philippe Duquenne. Cet ancien admirateur de la dirigeante française d'extrême droite sera jugé ce mardi à Liège.


 


Meeting de Marine Le Pen pour l'élection présidentielle interne au Front national français, à Lille, le 17 décembre 2010. Au premier rang, Philippe Duquenne (troisième individu à partir de la gauche) avec trois autres membres de la délégation du Front national belge (clan Pire). Depuis lors, devenue présidente du FN français, elle a banni ses partisans belges – Image Grand Lille.TV

L'extrême droite belge francophone frise quasi en permanence le ridicule. Comme le révèle systématiquement le web-journal RésistanceS.be et le reste de la presse de notre pays. Un dernier exemple de cette situation saugrenue qui frappe le cirque « fachos francophones belges » s'est manifesté il y a quelques jours. Une fois de plus.

Selon le quotidien belge La Dernière Heure du mercredi 8 janvier, la Nouvelle Wallonie Alternative (NWA), le Parti PLUS (P+) et le Parti des Pensionnés, trois groupuscules d'extrême droite fondés par des « responsables » de l'ancien FN belge unitaire de Daniel Féret, se préparaient pour se présenter ensemble aux élections du 25 mai prochain. Cette présentation commune devait se faire sous la forme d'un cartel électoral portant l'appellation de « Front d’union National » (sic), en abrégé le FuN.


Récupérer l'assise de Marine
C'est au mois de septembre de l'année dernière que RésistanceS.be, par un « vent favorable » d'abord, avait été informé d'un projet pour lancer ce FuN. A l'initiative de la NWA plusieurs groupuscules et militants d'extrême droite s'étaient rencontrés en vue d'« un rapprochement stratégique », selon un document, datant du mois de novembre 2013, de ce micro-parti dirigé par des anciens « cadres » du Front national belge. L'objectif : mettre en place une « union de la droite populiste et nationale ». Tout un programme.

La Nouvelle Wallonie Alternative annoncera ensuite que le vice-président de Démocratie nationale (DN), un des pseudopodes du Front national, et le vice-président du Nouvel Elan wallon (NEW), un groupuscule d'ultradroite aujourd'hui disparu, s'étaient ralliés à son projet, sans toutefois préciser leurs noms. D'anciens candidats de Wallonie d’abord, une autres dissidence du FN unitaire, et même du Parti populaire (PP) de l'avocat d'affaires Michaël Modrikamen participeraient encore à la création du Front d'union National.

Les initiateurs de ce nouveau projet veulent alors unir les principales composantes de l'extrême droite wallonne. Un regroupement devant se faire sous le label du FuN et son emblème officiel, un coq stylisé aux couleurs nationales (identique à celui de la NWA). Une appellation et un sigle faisant sans aucun détour référence à l'ancien FN belge, avec pour objectif premier d'en récupérer l'électorat en Wallonie où Marine Le Pen, la présidente de l'extrême droite française, semble bénéficier d'une certaine assise populaire .

En vue d'en protéger le nom et le sigle, un dépôt sous la forme d'une marque sera même déposée, le 2 octobre 2013, à l'Office Benelux de la Propriété intellectuelle (OBPI), par Philippe Duquenne, le président-fondateur de la NWA et ancien vice-président d'un des multiples FN qui a coexisté chez nous entre 2007 et 2012.


Philippe Duquenne au tribunal
Mais c'était sans compter sur la volonté de Marine Le Pen de voir disparaitre totalement du paysage politique belge francophone toutes références à son parti. Dès qu'elle en fut informée (sans doute par un membre d'un micro-parti concurrent de la NWA), la présidente du Front national français a ordonné, il y a une dizaine de jours, à son avocat belge, Maitre Ghislain Dubois, d'introduire une requête judiciaire contre Philippe Duquenne pour lui interdire l’utilisation du sigle et du nom « Front d'union National », ainsi que sa condamnation à 1.000 euros d’astreinte en cas de refus.

Cette nouvelle affaire de la longue saga judiciaire de Marine Le Pen contre ses ex-amis politiques du FN belge sera plaidée lors d'une audience prévue pour ce mardi 14 janvier au Palais de justice de Liège, en même temps que celle contre l’ASBL FN-Belge et ses membres.

A n'en pas douter, le Front d'union National de Philippe Duquenne et de ses comparses aura eu une existence bien éphémère. Démontrant, une fois encore, le caractère folklorique et ridicule de l'extrême droite belge francophone. Systématiquement habituée de se tirer une balle dans le pied.

MANUEL ABRAMOWICZ

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 11 janvier 2014.

 




Le logo du Front d'union National déposé comme une marque à l'OBPI par Philippe Duquenne  - Document RésistanceS.be.

EXTRÊME DROITE & JUSTICE
Philippe Duquenne, l'ex-vice-président du Front national belge (FN), convoqué devant le tribunal correctionnel de Liège. Son Front d'union National (FuN) devrait y être interdit ce mardi.


QUAND PHILIPPE DUQUENNE PARLE...

« Nous avons décidé, avec quelques camarades, de créer un nouveau parti : la Nouvelle Wallonie Alternative (NWA). Et je tiens aujourd’hui à dissocier ce nouveau mouvement de la défunte mouvance frontiste. »
(...)
« Certes, quelques personnes de notre mouvement ont effectivement appartenu à la défunte mouvance frontiste, mais nous refusons toute forme de caricature et désirons affirmer notre identité ».
(...)
« Les personnes de notre parti détiennent de réelles compétences. »

Extraits d'une interview de Philippe Duquenne accordée, le 18 avril 2013, au site français d'extrême droite identitaire Novopress.


Sur RésistanceS.be
NOS DERNIERS ARTICLES SUR...

L'EXTRÊME DROITE WALLONNE

 

L'EXTRÊME DROITE SUR FACEBOOK

 

MARINE LE PEN CONTRE FN BELGE

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2013 »

 




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011