RésistanceS 04-06-2008

 


Bénédicte, Hugo, Jacques, Sergio, René et Walter © Photos : Laurent Arnauts, Philippe Coppieters, Georges Berghezan et Manuel Abramowicz – reproduction strictement interdite sans autorisation de la rédaction.

Les Nôtres partis trop tôt


Le Comité d'honneur de RésistanceS


Plusieurs personnalités phares ont été liées à RésistanceS, qu’elles en aient été membres ou qu’elles l’aient soutenu. Elles ne sont plus parmi nous désormais, mais restent dans nos mémoires des exemples à suivre en matière d'action citoyenne et de journalisme d'investigation.

Hugo Gijsels
L'un des meilleurs représentants de la Flandre humaniste, progressiste, antiraciste et antifasciste. Notre exemple en journalisme d'investigation. Il fut l'un de nos meilleurs conseillers.

Bénédicte Vaes
Journaliste sociale et politique au quotidien Le Soir, présente au cœur des meetings du Vlaams Blok et Belang, elle permit au lectorat d’être mieux informé sur les coulisses de ces néofascistes modernes. Béné était pour RésistanceS une référence, une « Grande Dame » et une vraie amie.

Yvonnes Jospa
Dirigeante d'un réseau de résistance durant l'occupation nazie, c'est au sein du Mouvement contre le racisme, l'antisémitisme et la xénophobie (Mrax), qu'elle avait co-fondé, que Manuel Abramowicz, l'initiateur de RésistanceS, fit ses premières armes en 1987 en matière de lutte contre l'extrême droite.

Walter De Bock
Leader étudiant en Mai 68 à Leuven (Brabant flamand), il est devenu ensuite l'un des journalistes d'investigation les plus exemplaires. Walter, comme Hugo et ceux qui aujourd'hui leur succèdent en Flandre (Wim Haelsterman, Johan Gulbenkian, Marc Spruyt, Jos Vander Velpen...), s’insurgea de sa plume contre les adeptes de l'Ordre nouveau liberticide.

René Haquin
« Le » journaliste historique d'investigation du quotidien Le Soir; René Haquin a été à l'origine des révélations sur l'existence du WNP, un réseau clandestin néonazi lié à des organismes belges et étrangers étatistes, auteurs d'opérations de déstabilisation durant les « années de plomb » belges.

Sergio Carrozzo
Parti trop jeune (à 45 ans), spécialiste de l'extrême droite et des mafias européennes, après son intégration dans la rédaction de CelsiuS, il fut membre du noyau fondateur de RésistanceS. Journaliste d'excellente réputation, il collaborait à la presse belge comme étrangère, notamment au Monde Diplomatique.

Jacques Yerna
Dirigeant de la FGTB wallonne, antifasciste de la première heure et éditeur responsable en 1997 de la version « journal papier » de RésistanceS.


De gauche à droite : Manuel Abramowicz, Sergio Carrozzo et René Haquin, lors d'une interview de ce dernier en 1999 © Photo : Georges Berghezan – reproduction strictement interdite sans autorisation de la rédaction.


A lire encore sur RésistanceS, à propos de :

• Hugo Gijsels
• Bénédicte Vaes
• Walter De Bock
• Sergio Carrozzo


 


© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Texte mis en ligne le 4 juin 2008.

 


Au sujet de notre comité de soutien, lire :

Présentation de nos amis

La « liste de RésistanceS » : liste complète de tous les membres du comité de soutien

Le Comité d'honneur de RésistanceS


Lire également sur RésistanceS :


© Illustration : Zinc-RésistanceS

RésistanceS : ses dix premières années d'aventure



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?

Soutenez vous aussi RésistanceS...


Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.


Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !


Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82


Avec en communication : « 4 juin 2008 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :

=> Abonnez-vous (c'est gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI