[HOME] [INFOS]

 

Condamnation d'un dirigeant d'extrême droite pour appartenance à deux organisations racistes (REF et Bloc Wallon)

Le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, le Centre régional pour l'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère (CRIPEL) et la Ligue des droits de l'Homme, parties civiles, se réjouissent de la condamnation par le tribunal correctionnel de Liège, ce 28 janvier 2002, de Hubert Defourny.

Pour la deuxième fois, ce dirigeant d'extrême droite est condamné pour incitation à la haine raciale (article 1er de la loi du 30 juillet 1981). De plus, il est également condamné pour appartenance à deux groupes prônant la ségrégation ou la haine raciale (article 3 de la même loi). Il est ainsi confirmé le caractère foncièrement raciste et xénophobe du mouvement REF et du parti Bloc Wallon, respectivement fondé (en 1995) et cofondé (en 2000) par Hubert Defourny.

La condamnation de ce dernier se base sur un article raciste publié dans le journal périodique de REF et sur un tract raciste du Bloc Wallon diffusé lors de la campagne électorale pour les communales d'octobre 2000. L'éditeur responsable du journal comme du tract était Hubert Defourny. Hubert Defourny est condamné à 4 mois de prison ferme et 4.957 euros d'amende. Les trois parties civiles recevront chacune 1 euro.

Depuis quelques années et à plusieurs reprises les parties civiles ont été interpellées par les activités de Hubert Defourny au sein de l'extrême droite francophone. Il faut savoir que ce dernier y dirige l'une de ses fractions les plus radicales. En 1993, Hubert Defourny était le vice-président d'AGIR, un petit parti d'extrême droite auteur de nombreuses campagnes racistes. Deux ans plus tard, Hubert Defourny fondait le mouvement REF, dont le slogan principal (" REF vaincra ") prenait ses racines dans le bien connu " REX vaincra " de Léon DEGRELLE. Entre 1995 et 1997, il participa aussi à la direction du Front Nouveau de Belgique (FNB), une dissidence du Front National menée par la députée Marguerite BASTIEN. Hubert Defourny fut encore actif au sein du comité Bruxelles-Identité-Sécurité (BIS), une organisation caractérisée par son soutien électoral au Vlaams Blok (VB). Il est à noter qu'Hubert Defourny est en relation politique depuis plusieurs années avec une série de dirigeants du VB. En avril 2000, il participait par ailleurs à la création du Bloc Wallon (BW), un nouveau parti d'extrême droite s'annonçant comme étant le pendant en Région wallonne du Vlaams Blok.

Pour les trois parties civiles, la condamnation d'aujourd'hui prononcée par le tribunal correctionnel de Liège contre Hubert Defourny sur base de l'article 3 de la loi antiraciste (appartenance à un groupe prônant la ségrégation ou la haine raciale), représente une avancée significative dans la lutte contre le racisme et la xénophobie dans notre pays.

Eliane DEPROOST, directrice adjointe ff, et Johan LEMAN, directeur du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme

Dan VAN RAEMDONCK, président de la Ligue des droits de l'Homme

Jean-Michel HEUSKIN, directeur du Centre régional pour l'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère (CRIPEL)

 

Communiqué de presse du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, de la Ligue des droits de l'Homme et Centre Régional pour l'intégration des personnes étrangères ou d'origine étrangère

28 janvier 2002

 

 

A lire sur notre site sur le Bloc Wallon :

La fin du Bloc Wallon

Bloc Wallon : un nouveau parti d’extrême droite francophone ? (22/08/00)

Un leader du Bloc Wallon condamné pour racisme (26/02/01)

Chronologie d'une fin annoncée

Condamnation d'un dirigeant d'extrême droite pour appartenance à deux organisations racistes (REF et Bloc Wallon) 28/01/02 NOUVEAU