RésistanceS.be 14-06-2013

Troisième Voie et JNR : responsabilités politiques ?


Les liens de Serge Ayoub avec l'agresseur de Clément Méric


L'extrême droite française est pointée du doigts depuis la mort du jeune antifasciste Clément Méric. Certains de ses groupuscules pourraient être dissous à la fin de ce mois. C'est le cas du mouvement Troisième voie et de ses JNR. Esteban Morillo en fut membre. Pourtant Serge Ayoub, leur dirigeant-fondateur, a nié connaitre le jeune skinhead auteur des coups mortels portés contre Méric. Le Canard enchaîné et l'Action antifasciste viennent de prouver le contraire.


 


Serge Ayoub (à droite) et Esteban Morillo, à Paris le 12 mai dernier. Photo : Le Canard enchaîné.


Le dirigeant-fondateur du mouvement d'extrême droite Troisième voie et de ses Jeunesses nationalistes révolutionnaires (JNR), Serge Ayoub, affirme avec force qu'il ne connaissait pas directement Esteban Morillo, l'auteur des coups mortels portés contre le jeune antifasciste Clément Méric, le 5 juin dernier à Paris .

L'hebdomadaire français d'investigation Le Canard enchaîne vient pourtant de publier des photos montrant le jeune skinhead avec Serge Ayoub, lors de la dernière manifestation publique organisée par Troisième voie, le 12 mai dernier à Paris. Comme d'habitude, le service d'ordre de ce rassemblement était assuré par les gros bras des JNR. Ce défilé, aux allures paramilitaires, avait été renforcé par la présence de divers groupuscules, mais aussi par les néonazis flamands et hollandais des Autonome nationalisten (AN) en compagnie de leurs collaborateurs francophones du mouvement Nation. Le dirigeant-fondateur de ce dernier est par ailleurs une connaissance belge de plus de 20 ans de Serge Ayoub.


Section défense animale
D'autres liens directs entre Ayoub et Morillo ont encore été trouvés. Le journaliste du quotidien catholique Le Croix Laurent de Boissieu  dès le 8 juin, a informé que l'agresseur de Clément Méric était l'un des membres-fondateurs de la « Section défense animale » (SDA), un groupe militant contre l'exploitation commerciale des animaux. Apparue en novembre dernier à Paris, la SDA émane en droite ligne de Troisième voie. Le quotidien Libération de ce vendredi informait même que cette « section » pourrait avoir pour but de récolter des dons au profit du mouvement de Serge Ayoub.

Pour sa part, l'Action antifasciste Paris-Banlieue (AFA), l'organisation dans laquelle militait Clément Méric, a diffusé ce vendredi une photo de groupe montrant Serge Ayoub et plusieurs militants de Troisième voie. Juste à côté du « Chef », se trouve Esteban Morillo, portant comme les autres figurants de cette photo le t-shirt officiel du mouvement. Ce qui prouve bien qu'il en était un de ses membres actifs.


Frisson violent
Pour le site antifasciste français REFLEXes :

« Ayoub a réalisé un vrai travail marketing autour des JNR, dont les histoires de baston (réelles ou imaginaires) des années 80 font office de légendes chez les jeunes générations de skins d’extrême droite. Entre les t-shirt siglés JNR, les blousons patchés JNR, tout est fait pour entretenir le mythe auprès de jeunes nationalistes à la recherche du petit frisson de la violence »

Esteban Morillo, l'auteur des coups mortels portés le 5 juin contre le jeune antifasciste Clément Méric, faisait partie de ces jeunes admirateurs de l'« épopée » des JNR. A n'en pas douter, le mouvement d'Ayoub l'a aussi formé  idéologiquement. Il a donc une part de responsabilité morale dans le parcours politique de Morillo.

Tatiana VERTAELEN



Serge Ayoub (au centre) avec de jeunes membres de son mouvement Troisième voie, dont Esteban Morillo. Photo diffusée par l'Action antifasciste Paris-Banlieue.

 

 

Au Front national : opération négation

Ayoub ? Connais pas !

Par pur mécanisme de défense, le leader du mouvement Troisième voie a nié connaitre le jeune  Esteban Morillo. Quant a eux, Marine Le Pen et plusieurs de ses lieutenants au Front national affirment ne pas connaitre Serge Ayoub et son mouvement. Et pourtant...

Depuis plusieurs années, les relations fraternelles et les collaborations politiques existent entre le groupuscule skinhead, tendance national-solidariste, et le FN. La présidente frontiste a même rencontré à plusieurs reprises Ayoub, dont des JNR assurent la sécurité d'activités du FN, comme l'a prouvé - photo à l'appui - le site d'informations antifascistes REFLEXes.

Des membres du FN et des proches de Marine Le Pen se sont même rendus en personne au bar « Le Local », le QG parisien de Troisième voie. Ce fut encore le cas de Robert Ménard ` pour y donner une conférence le 15 mai dernier.

Liés à l'agresseur de Clément Méric, Troisième voie et Serge Ayoub sont maintenant « politiquement incorrects » aux yeux du Front national. A l'extrême droite, pour ne pas être diabolisé, le manque de solidarité et la négation sont pour finir des pratiques habituelles. En 2000, c'est Serge Ayoub qui avait agi de la sorte à l'égard de « camarades » des JNR auteurs d'un meurtre raciste.

T.V



Couverture de l'hebdomadaire français Charlie Hebdo de ce 12 juin rappelant les liens politiques et historiques du Front national avec les skinheads néonazis – Doc. CH

 

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 14 juin 2013.

 

Serge Ayoub avec Esteban Morillo et d'autres membres du mouvement Troisième voie. Photo diffusée par l'Action antifasciste Paris-Banlieue.



Sur le meurtre de Clément Méric
CLIQUEZ ICI

 

 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011