RésistanceS 29-01-2008

Dans les coulisses de l'extrême droite


Au coeur du FN, la « question israélienne » en débat


Pourtant spécialiste de « lapsus » antisémites, Jean-Marie Le Pen va chercher des contacts dans la diaspora juive. Dans un objectif purement tactique : briser le cordon sanitaire qui l'isole sur l'échiquier politique français et gagner quelques voix dans l'« électorat juif ». Le Front national va favoriser les réflexes communautaristes et le sionisme, solutions pour une France sans Juifs...

Par Jean-Yves Camus
Correspondant à Paris de RésistanceS


Service d'ordre paramilitaire du mouvement Ordre nouveau, en 1970. Une petite poignée de ses militants étaient des nationalistes français d'origine juive...


Les relations avec Israël sont étroitement liées par le Front national français à l'attitude de la communauté juive à son égard mais en même temps, c'est à cause de l'opposition généralisée à l'idéologie frontiste qui existe dans la communauté juive française que le parti a évolué dans son attitude vis-à-vis de l'État juif.

Il existait à l'origine du FN, comme auparavant à Ordre nouveau, des militants juifs et des pro-israéliens, convaincus que l'État hébreu était un allié de l'Occident contre les pays arabes soutenus par les pays communistes. Pourtant, dès 1972, les thèses du FN sur l'immigration et sa réévaluation des événements de la Seconde Guerre mondiale lui ont assuré l'opposition unanime des instances juives et d'une communauté forte en France de 700.000 personnes.

Les organisations politiques de la communauté juive, notamment le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) sous la présidence de Jean Kahn, puis de Henri Hajdenberg, ont été très actifs dans la lutte contre l'idéologie du FN, tandis que les jeunes d'extrême droite se heurtaient plusieurs fois, dans la rue, aux militants sionistes de droite du Bétar.

La création par Charles Pasqua, ministre gaulliste de l'Intérieur, d'un poste de chargé de mission à son cabinet pour les questions de lutte contre le racisme et l'antisémitisme a encore exacerbé la tension entre le FN et la communauté juive, puisque le titulaire du poste, Patrick Gaubert, est une des personnalités les plus connues du judaïsme français.

Séduire la diaspora, via New-York
C'est en fonction d'une évaluation du poids électoral supposé et de l'influence politique présumée de la communauté juive que le parti de Jean-Marie Le Pen a cherché à bâtir des liens avec Israël : François Bachelot et Pierre Descaves, alors députés du FN, s'y sont rendus et ont cherché en vain à entrer en contact avec l'aile droite du Likoud (le parti unitaire de la droite israélienne), sur la base d'une hostilité partagée envers le monde arabe.

Cette manoeuvre ayant échoué, Jean-Marie Le Pen a cherché à rencontrer des dirigeants juifs de diaspora : ce qu'il a fait en février 1987 à New-York, en s'entretenant avec des dirigeants juifs américains rassemblés par Jack Torczyner, un homme d'affaires d'origine belge qui est vice-président du mouvement sioniste mondial et appartient au Mouvement des sionistes Généraux (1). Cette tentative est restée sans lendemain, tout comme la fondation du Comité national des Français juifs.

L'évolution progressive du FN, et surtout des jeunes du Front national de la jeunesse (FNJ), vers une forme sans nuance d'antisionisme, se manifeste non seulement par une hostilité ouverte envers Israël en tant qu'État, mais aussi par un soutien en demi-teinte aux Palestiniens : dans le quotidien Présent par exemple, l'actualité israélienne est traitée dans une rubrique intitulée « territoires occupés ».

Dans la mouvance du Front national, il existe depuis toujours moults organisations et opuscules qui exploitent les stéréotypes et préjugés à l'égard des Juifs. C'est le cas de Rivarol, de Lectures françaises et de Militant –Documents : Archives de l'Observatoire belge de l'extrême droite – RésistanceS. Pour un document plus grand


Alliance franco-israélienne avant rupture
Jean Madiran, directeur dudit journal, a correctement résumé l'attitude qui prévaut au FN envers l'État juif dans sa brochure L'Adieu à Israël, publiée en 1992 (2), qu'il faudrait citer toute entière. « Nous avons beaucoup admiré, dit Madiran, cette nation vaillante et brillamment guerrière. Et, je crois, nous l'avons aimée », écrit Madiran, favorable à l'alliance franco-israélienne lors de l'expédition de Suez (1956), et qui rappelle avoir déploré le tournant anti-israélien pris en 1967 par la politique étrangère du général de Gaulle.

Beaucoup de nationalistes considéraient en effet que l'alliance franco-israélienne « paraissait nécessaire face au raz de marée islamique », comme l'écrit Madiran. Ils avaient en outre une admiration certaine pour les israéliens qu'ils imaginaient comme étant des « paysans-soldats », attachés aux valeurs militaires et à leur terre. Madiran considère que « longtemps Le Pen fut l'homme politique français le plus favorable à l'État d'Israël ». Il justifie par contre la rupture de la droite nationale avec Israël par le fait que ce pays s'est « associé aux accusations excessives d'antisémitisme et de racisme » portées contre l'extrême droite française. Il déplore le fait qu'Israël ait « choisi, contre la France française, le camp de la gauche internationale, cosmopolite et subversive, où sa diaspora, il est vrai, occupe d'importantes positions », et pense finalement que « les nationalistes israéliens ne sont nationalistes que pour eux-mêmes et ont rejeté, ont méprisé l'amitié et l'alliance des nationalistes français ».

S'il faut admettre que Madiran a quitté, en 1958, le journal Rivarol pour ne pas y côtoyer l'écrivain antisémite Lucien Rebatet, la plupart des cadres du FN n'ont pas poussé la réflexion aussi loin. Purement tactique, leur admiration réelle pour les exploits militaires de Tsahal (l'armée israélienne) se conjuguait avec l'emploi des plus vieux stéréotypes sur la supposée double allé-geance des Juifs français ou la place des Juifs dans la politique française, et cette proposition d'alliance, qui reposait aussi sur le postulat tacite que le sionisme permettait de résoudre la question de la présence juive en France, donc aucune chance de durer.

Le Front national possède bien quelques cadres et candidats juifs, mais leur position vis-à-vis d'Israël est souvent, au mieux, a-sioniste : ainsi Pierre Semour, militant FN depuis 1978, membre du Cercle d'amitié juive et chrétienne fondé par Bernard Antony, déclare : « Moi, je suis un français de confession israélite. Je regrette que parmi les séfarades, beaucoup se sentent plus près d'Israël que de la France » (3).

Jean-Yves Camus
Correspondant à Paris de RésistanceS


Notes :
1. Cette réunion, non cautionnée par les instances du parti Likoud « a causé de la consternation et de la colère parmi les dirigeants et la base du judaïsme frauçais », alors que « des organisations de la réunion de New-York vouaient en Le Pen une figure politique importante avec laquelle il était important d'entrer en contact » (J-Y. Camus et Robert Goldmann : A fresh look at Le Pen and his Front National, in Anti-Defamation league report, avril 1987).
2. Numéro spécial de la revue Itinéraires, mars 1992 ; 28 p. Reprise d'un article paru en 1990 dans Présent.
3. Cité par Tribune Juive, 25 mai 1995.

[ Article extrait du livre de Jean-Yves Camus Le Front national – Histoire et analyse, éditions Laurens, Paris, 1997, p. 224 à 227. Reproduit avec l'autorisation de l'auteur. Titre, chapeau et sous-titres de Résistance ].

© RésistanceS – Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 29 janvier 2008.



Eclairage sur l'extrême droite pro-israélienne. Dans les partis et mouvements d'extrême droite subsistent toujours des courants pro-arabes, antisionistes et antisémites. Un courant pro-israélien existe également...

Dossier mis en ligne le 29 janvier 2008

Comme les autres enquêtes et dossiers de RésistanceS, celui-ci sera prochainement « alimenté » de nouveaux articles.


Sommaire

Eclairage sur l'extrême droite pro-israélienne

La « question juive » divise l'extrême droite

Crise identitaire sur le « sioniste » Faye

Au coeur du FN lepéniste, la « question israélienne » en débat

Les frontistes sionistes du Comité national des Français juifs

Des Juifs parmi les électeurs du Vlaams Blok ?

PROCHAINEMENT :
• Galarie des pro-israéliens de la droite dure : Soustelle, Faye, Dewinter, Fini, Del Valle...




Lire également nos dossiers



Lire la dernière enquête exclusive de l'Observatoire de l'extrême droite

La Fnac au service de l'extrême droite ?


Pour bénéficier de nos services

Soutenez vous aussi RésistanceS...

Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82

Avec en communication : « 29-01-2008 »


... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !

Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisation de son site Internet :
Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : Cliquez ici


Notre soutien
Ailleurs sur le Net...
Des membres de l'équipe de RésistanceS sont encore actifs ailleurs sur Internet. Consultez également leur blog :