RésistanceS.be 15-10-2012

Bilan des élections communales et provinciales 2012 :
d’Anvers à La Louvière, en passant par Bruxelles…


L'extrême droite en chute libre


Comme pronostiqué, les extrêmes droites francophone et néerlandophone se sont écrasées ce 14 octobre aux élections communales et provinciales. Le Vlaams Belang perd partout systématiquement en faveur de la N-VA. L'ultradroite du sud du pays passe de trente à six conseillers communaux. Mais à Charleroi, le vote en sa faveur reste important (plus de 11 %). Autre constat : la gauche radicale est désormais (beaucoup) plus forte que l’extrême droite.




Affiches de la liste LEPEN proposée par le FN  belge à Fleurus, Châtelet et Sambreville ce 14 octobre © Image RTBF


En Flandre et dans la région bruxelloise, la chute libre du Vlaams Belang (VB) s'est confirmée. Deux cas emblématiques :

  • En 2006, le parti nationaliste flamand d'extrême droite avait rassemblé 33,5 % des voix dans la ville d'Anvers, son bastion historique et son Eldorado électoral depuis 1978 (année où il fut fondé sous le nom de Vlaams Blok). Ce 14 octobre, le VB est tombé à 10 %. Le reflux est radicalement violent. 
  • A Anderlecht, commune bruxelloise ayant été l'un de ses fiefs électoraux, il est passé, en six ans de temps, de 7,9 % à 3,7 %. Dans la capitale, le VB était représenté de 2006 à aujourd'hui par quinze élus communaux. Il n'en a plus que un depuis ce dimanche (à Anderlecht).

 

Le Vlaams Belang ne représente plus, ni en Flandre ni à Bruxelles, une «marque» à succès auprès des électeurs protestataires, lui préférant désormais la N-VA de Bart De Wever. La dégringolade du VB va donc certainement se poursuivre. Les prochains scrutins (régional, législatif et européen) en 2014 seront fatidiques pour ce parti qui dirigea – grâce à son poids électoral - l'agenda politique flamand depuis le «dimanche noir» de 1991.


Déconfiture, disparition…
Côté francophone, les multiples représentants de l'extrême droite n'ont évidemment pas réussi à sauver les meubles suite à l'atomisation du Front national. En moyenne, les scores de 2012 représentent la moitié, ou encore moins, de ceux gagnés en 2006. Il y a six ans, vingt-huit conseillers communaux avaient été élus en Wallonie. Il n'y en a eu que six ce 14 octobre. Et dans la région bruxelloise, l'extrême droite francophone n'a dorénavant plus aucun élu.

Seuls, le FN belge (mené par l'ASBL fondatrice en 1985 de ce parti dans notre pays), la Fédération des nationalistes wallons (FNW) et Wallonie d'Abord ! (WdA) ont pu décrocher ce dimanche, souvent de justesse, des sièges de conseillers communaux. Le premier, quatre : sous ses couleurs à Charleroi, avec des listes intitulées LEPEN à Châtelet et à Fleurus ). La FNW et WdA, un élu chacun (respectivement à La Louvière et à Dison). Une fois de plus, ce sont les labels les plus proches de celui du Front national français qui l’emportent. L’exploitation de son image en Belgique, malgré les poursuites judiciaires ordonnées par Marine Le Pen, a été clairement faite – certes par voies détournées - par le FN belge et la FNW. Sans références frontistes, les autres groupuscules de la droite nationaliste extrême ne seront quant à eux nulle part représentés.

La déconfiture de l'extrême droite francophone se confirme encore aux élections provinciales qui se déroulaient également ce 14 octobre. Aux précédentes élections, six conseillers provinciaux furent élus. Aucun cette fois-ci. Après son exclusion électorale des parlements régionaux en 2009 et du parlement fédéral (de La Chambre et du Sénat) en 2010, l'extrême droite francophone disparait donc aussi au niveau provincial. Depuis le milieu des années 1980, son ascension fut progressive dans le paysage électoral. Sa chute également.



Nouvelle force politique ?
Résumons ce bilan : la droite nationaliste et radicale francophone n'aura à partir de maintenant que six élus communaux la représentant. De plus, de façon totalement fractionnée. Sa situation est donc des plus mauvaises. Elle est même catastrophique. Mëme si à Charleroi, ce dimanche, le total des résultats des six listes l'incarnant était encore de plus 11 %. Force est de constater qu’un potentiel électoral local subsiste dans la capitale du Pays noir et ses environs. Désunie et en guerre de clans permanente, la droite extrême ne pourra cependant pas garder longtemps encore, dans son pré carré, cet électorat.

En effet, le Parti du Travail de Belgique (PTB), une «nouvelle» force alternative à gauche toute, est en train d'émerger avec des scores de plus en plus importants dans les zones socio-économiquement sinistrées. Ce 14 octobre, la formation marxiste contestataire est passée de seize à trente-et-un élus, dont la moitié à Bruxelles et en Wallonie. A Anvers, le Parti du Travail a été propulsé au-dessus de la barre des 8 %... juste derrière le Vlaams Belang (10 %). Dans les communes ouvrières de Seraing et d’Herstal, le PTB s’est renforcé avec des 14 % des voix. Dans les mois à venir, il va encore plus incarner l’opposition sociale engagée dans l’arène politique. Par son travail de terrain, ses actions sociales et la pression qu’il exerce dès à présent sur le monde politique, le PTB pourrait récupérer des électeurs frontistes, dont une partie provenait au préalable, faut-il le rappeler, des rangs socialistes.

Une chose est sûre, l’extrême droite est poursuivie (à Anvers) et même dépassée à Bruxelles et en Wallonie par la gauche radicale. Un scénario inimaginable, il y a encore deux décennies.

  
Manuel ABRAMOWICZ

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 15 octobre 2012.




NOUVEAU (15/10/2012)
L'extrême droite en chute libre

Bilan des élections communales 2012

Résultats des élections communales 2012



A la veille des élections communales 2012
L'extrême droite francophone très mal en point
(01/10/2012)


LEPEN se présente aux élections en Belgique (21/09/12)

Nomadisme électoral, aussi à l’extrême droite (21/09/12)

Les héritiers du Front national belge en ordre dispersé (18/08/12)

 

 





A lire toujours sur RésistanceS.be

  • Etc. etc.


Retrouvez RésistanceS.be  sur Facebook
CLIQUEZ ICI


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011