RésistanceS.be 03-10-2011

Suite aux pressions médiatiques suscitées par RésistanceS.be et l'AFF-Verzet


Annulation du concert des néonazis de Blood & Honour Wallonie et Vlaanderen


C'est dans la commune flamande de Kuurne (Flandre occidentale) que les néonazis wallons et flamands de Blood and Honour ont tenté d'organiser, ce samedi 1er octobre, leur concert en l'honneur de Ian Stuart Donaldson, leur leader décédé en 1993. Ce rassemblement de nostalgiques de la croix gammée fut pour finir empêché, à la dernière minute, après les révélations publiées en septembre par RésistanceS.be et le réseau antifasciste flamand AFF-Verzet.


Suite à l'enquête de RésistanceS.be sur la création de la «division Wallonie» de Blood & Honour et son concert programmé le 1er octobre, plusieurs articles ont été publiés dans la presse – Doc. Archives RésistanceS.be


Le 10 septembre dernier, RésistanceS.be révélait, dans une de ses nouvelles enquêtes exclusives, le lancement tout récent de la «division Wallonie» de Blood and Honour (B&H, ). Avec la «division Vlaanderen» et des «camarades allemands», les Wallons de cette organisation internationale néonazie - regroupant des skinheads ultraviolents et dont le siège se trouve à Londres – avaient prévu l'organisation, le samedi 1er octobre, d'un concert de musique à l'occasion de l'ISD Memorial. Ce dernier est programmé dans les pays où B&H est implantée, chaque année au début de l'automne, pour rendre hommage à Ian Stuart Donaldson (ISD), le fondateur-dirigeant en 1987 de B&H et décédé dans un accident de la route en 1993.

Le concert de B&H Wallonie et Vlaanderen était initialement prévu dans le sud de la Belgique. Mais suite aux révélations faites par RésistanceS.be et la médiatisation généralisée dans la presse qui s'en est suivi, les initiateurs de l'événement néonazi durent changer de plan. C'est pour finir en Flandre occidentale que les démarches pour louer une salle pour sa tenue furent faites. Comme le relate l'AFF-Verzet, le réseau d'information antifasciste flamand partenaire de RésistanceS.be, sur son blog ( ).


Cancer et kermesse
Sous le prétexte d'une soirée au bénéfice d'un enfant souffrant d'un cancer, les organisateurs du concert néonazi avaient discrètement loué une salle à Kuurne, une petite commune flamande dans le nord de la ville touristique de Courtrai (Kortrijk), située à quelques kilomètres de la frontière belgo-française. Le même samedi, avait lieu la kermesse de Kuurne, une manifestation populaire permettant ainsi de passer plus inaperçu. L'intégration d'un rassemblement politique extrémiste dans une initiative publique et regroupant beaucoup de monde fait partie du mode opératoire d'organisations comme Blood and Honour. Sur la base de l'application de la stratégie d'être au sein «du peuple comme un poisson dans l'eau».

Le premier endroit de rendez-vous pour se rendre ensuite à la salle louée se trouvait à quelques kilomètres de là, en Flandre orientale, à une demi-heure en voiture de la Région wallonne. Le concert pouvait donc toujours aussi bien se dérouler en Wallonie qu'en Flandre. Le sud de la Belgique était une option pour son organisation étant donné que ce concert avait été présenté comme la première initiative de la «division Wallonie» de Blood and Honour, fondée en août de cette année. Mais l'hypothèse d'un déplacement en Flandre pour des raisons de sécurité était également envisagée, d'autant plus que l'«événement» était coorganisé par Blood and Honour-Vlaanderen.

D'après le quotidien francophone La Libre Belgique – qui publia le vendredi 30 septembre, à la veille du concert, une page entière sur ce sujet – le procureur du roi de Charleroi, Daniel Marlière, avait demandé à tous les services de la police de la province wallonne du Hainaut de faire un inventaire complet des salles qui pourraient avoir été louées pour y organiser le concert. La concentration policière pour la trouver se fit essentiellement à Charleroi et dans ses environs puisque le responsable de Blood and Honour Wallonie, agissant sous le pseudonyme de «Chris Demart», provient de cette région et y vit.


Flandre occidentale : un bastion néonazi ?
Pour éviter son interdiction, le lieu où devait se dérouler l'ISD Memorial des Belges de B&H fut pour finir choisi, avec le soutien des Flamands de l'organisation, en Flandre occidentale. Une province où plus encore qu'à Anvers, le nombre de militants néonazis est relativement important. Rien d'étonnant dès lors que Blood and Honour tenta d'organiser son concert dans cette province.

Le système de sécurité interne de l'organisation néonazie fut mis en pratique comme d'habitude ce samedi 1er octobre : un premier endroit de rendez-vous est donné par téléphone, sur le parking d'une autoroute, suivi ensuite d'un «contrôle» des personnes souhaitant se rendre au concert et la transmission enfin de l'adresse exacte où ce dernier doit se tenir. Ce système sévère de filtrage vise à éviter l'interdiction du rassemblement par la justice et la police, ainsi que son infiltration par les ennemis de Blood & Honour, y compris par les militants de B&H/Combat 18, l'une de ses dissidences.

Pendant que plusieurs dizaines de naziskins se dirigeaient vers la commune de Kuurne, dans la salle louée pour l'occasion, une soixante de personnes étaient déjà sur place vers 17 heures. Leur appartenance politique ne faisait aucun doute : plusieurs d'entre eux portaient des t-shirt de Blood and Honour.

Le propriétaire de la salle fut rapidement intrigué par le look militariste de ses étranges locataires. Ceux qui étaient venus quelques jours auparavant pour louer sa salle portaient alors le costume et avaient donné comme raison de leur demande de location une soirée visant à récolter des dons financiers pour un enfant atteint d'un cancer. Comprenant bien vite le subterfuge, le propriétaire de la salle appela directement la police qui contacta le bourgmestre Carl Vereecke (Open VLD). Celui-ci décida d'aller lui-même jeter un coup d'oeil sur place, accompagné de deux policiers en civil. Une fois à l'intérieur de la salle investie par les néonazis de Blood and Honour, Carl Vereecke monta sur le podium, prit le micro qui s'y trouvait et expliqua aux personnes présentes qu'il ne pouvait pas garantir leur sécurité (à l'instar des autres événements programmés et autorisés à l'occasion de la kermesse de la commune) et qu'il devait de ce fait interdire la tenue du concert. Suite à son intervention inattendue, mais ferme, les activistes de Blood and Honour déjà présents à cette heure quittèrent la salle sans trop de tracas.


Chez les Hells Angels ?
Une fois dehors, les activistes de B&H prirent la route pour la commune d'Ichtegem, à environ 45 minutes de route de Kuurne. Dans cette commune, une kermesse se déroulait également. C'est dans un local de billard que les activistes de Blood and Honour terminèrent leur soirée. Il a été évoqué qu'un local des Hells Angels, le célèbre club de motards connu pour sa violence et ses dérives criminelles, devait les accueillir, mais celui-ci n'a pas été pour finir utilisé. C'est au nom d'un autre club de motard que le local de billard aurait été loué.

Initialement, les organisateurs de l'édition belge 2011 de l'ISD Memorial prévoyaient la participation d'environ 200 membres et sympathisants (la salle louée ne pouvant accueillir que 200 personnes). C'est pour finir 150 naziskins qui furent repérés ce 1er octobre. Les plaques d'immatriculation de leurs voitures démontrent, une fois de plus, que les rendez-vous nationaux de Blood and Honour attirent toujours des activistes venant de bien d'autres pays. Les voitures des participants de l'ISD Memorial belge provenaient en effet d'Ecosse, de France, d'Allemagne, des Pays-Bas et de Hongrie. Quelques jours auparavant, des membres des divisions wallonne, flamande et hollandaise de Blood and Honour s'étaient rendus outre-Manche pour assister à l'ISD Memorial anglais. Le prochain rassemblement d'hommage à Ian Stuart Donaldson aura lieu ce samedi 8 octobre en France, sous l'égide de «Blood and Honour Hexagone», la division française de ce mouvement néonazi international.

Le même jour à Lille, les purs et durs de l'extrême droite française, sous l'égide d'un «Front populaire solidariste» (sic) mené par la mouvance des «Nationalistes autonomes» et le mouvement Troisième voie, dirigé par l'un des ex-leaders des skins «nationalistes-révolutionnaires» des années 1980, manifesteront dans les rues de cette ville nordiste. Le soir, si l'ISD Memorial français se trouve non loin de là, il se pourrait fort bien que des manifestants du cortège dit «solidariste» de l'après-midi rejoignent ses rangs. Ce type de synergie ne serait pas une première.




Intervention sur Blood and Honour, le 2 octobre dernier, au journal télévisé de la RTBF (télévision publique belge francophone) de l'un des porte-parole de RésistanceS.be. Pour voir cette séquence et ensuite dans le sommaire du JT «Le concert de Blood and Honour, groupe néo-nazi, a finalement eu lieu hier». Ce n'est que plus tard que l'information sur son annulation fut confirmée © Image RTBF


Le rôle des médias antifascistes
Malgré ses mesures de sécurité, son organisation clandestine et son parcours du combattant pour y arriver, le concert de Blood and Honour en Belgique a pu être empêché. L'annulation de l'ISD Memorial belge a été possible grâce à la mobilisation enclenchée suite à l'enquête et les révélations de RésistanceS.be faites le 10 septembre dernier, à l'occasion de la création de la «division Wallonie» de cette organisation. En Flandre, c'est l'AFF-Verzet, le réseau d'information antifasciste partenaire de RésistanceS.be, qui s'est chargé de la médiatisation des récentes activités des néonazis de Blood and Honour. La médiatisation de ses activités permet d'augmenter la pression sur ceux qui souhaitent les interdire.

Même si son concert n'a pas eu lieu, il a été observé au cours de la journée du samedi 1er octobre que Blood and Honour reste une organisation bien préparée à l'action - clandestine - pour éviter de tomber dans les mailles du filet policier. La présence ce samedi 1er octobre à Kuurne d'activistes venant d'autres «divisions» nationales a été observée. Des éléments qui prouvent que cette organisation néonazie internationale est bien rodée à la «guerre raciale» et à «lutte finale» pour la gagner au nom de la «survie de la race blanche»…

Tatiana VERTAELENS
avec le réseau flamand antifasciste AFF-Verzet

 

 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 3 octobre 2011.

 

 

 

 

 

Nos articles sur Blood and Honour

Annulation du concert des néonazis de Blood & Honour Wallonie et Vlaanderen

Division Wallonie de Blood and Honour : réaction du Front national «réunifié»

Les néonazis de Blood and Honour s’installent en Wallonie

Concert néonazi de Blood & Honour samedi 30 octobre en Belgique (2010)

Le concert néonazi de la HSN aura lieu en France (2009)




A lire également sur RésistanceS.be :

 



Pour mieux comprendre le mouvement skinhead
CLIQUEZ ICI


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2011 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011