RésistanceS 25-01-2009

Les connexions avec l’extrême droite


Les croisés de l’Occident chrétien


Les dignitaires de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X démentent tous liens avec le monde politique. A les en croire, leur but ne serait que spirituel. Pourtant, force est de constater que ce courant religieux catholique anime bel et bien, depuis sa création, un courant politico-religieux actif au sein de l’extrême droite. A ce niveau-là, la Belgique fournit des preuves irréfutables.


Collaborateurs pronazis flamands durant l'occupation de la Belgique. Aujourd'hui encore, ils sont considérés comme des «croisés» de l'Occident chrétien partis combattre le «Bolchévisme» – Image : Ridaf


«Je suis content d’être à Bruxelles, moi qui déteste la république et qui hais la démocratie». Cette phrase terrible et significative d'une orientation politique radicale est extraite d’une interview de Paul Aulagnier, alors «Supérieur du district belge» de la FSSPX. Une interview exclusive accordée, en septembre 2001, à «Polémique-Info», un opuscule d’extrême droite catholique belge, aujourd'hui disparu, lié au mouvement lefebvriste.

Avec Paul Aulagnier (depuis lors victime d'une purge interne) et ses compagnons de croisades, la messe est bien dite, et pas seulement en latin, la langue usitée lors des offices religieux par ces traditionalistes. Un parfum bien idéologique se mélange aux dogmes catholiques les plus traditionnels ; et ce malgré les déclarations de bonnes intentions tenues à l’occasion d’interviews accordées aux médias. Avec le sourire en option, pour mieux masquer un discours rétrograde. A en croire ses représentants les plus illustres, la Fraternité en question serait «apolitique» et son message purement religieux. Info ou intox ?

Un agglomérat intégriste d'extrême droite
L'ex-dirigeant des lefebvristes de Belgique, Paul Aulagnier, répéta le discours bien tenu de son mouvement lors d’un entretien accordé, le 3 novembre 2001, à la chaine de télévision privée belge AB3. Une fois de plus, les capacités d’intoxication des intégristes seront mises en œuvre pour tromper l’opinion.

Dans l’ombre des projecteurs, cette Fraternité, groupe religieux dissident de l’Eglise catholique de 1988 à 2009, tient un autre langage. Et expose sa vrai nature. Pour s’en convaincre, il suffit de se plonger dans ses écrits «intra muros». Ses orientations politiques sont alors très vite identifiables. Ils sont clairement situés à l’extrême droite de l’échiquier idéologique. Les principes élémentaires des droits de l’Homme et le système démocratique y sont royalement bannis. Fondée par un dignitaire religieux catholique en marge, monseigneur Marcel Lefebvre, la Fraternité Saint-Pie X est clairement liée à l’extrême droite.

En Belgique, ses liens avec ceux qui rêvent comme elle d’instaurer un régime d’Ordre nouveau, remontent à son apparition chez nous, au début des années 1970. Ses dirigeants-fondateurs proviennent de plusieurs officines politico-religieuses de droite chrétienne. Intégrées dans l’extrême droite de l’époque, ces officines forment une véritable chaîne. On y trouvait par exemple : l’Ordre du Rouvre (créé par des étudiants de l’Université catholique de Louvain), la ligue anti-avortement Pro Vita, le «Bulletin indépendant d’Information Catholique» (BIDIC, apparu en 1965), les correspondants belges de la Cité catholique de Jean Ousset et du journal antisémite «Lectures françaises», les éditions du Baucens, les «Cahiers Européens-Belgique»…

 


A la base de la FSSPX-Belgique : le «Bulletin indépendant d’Information Catholique» – Doc. : RésistanceS.be

En réalité, ces organisations et publications forment un même agglomérat intégriste agissant sous divers masques pour mieux tromper l’ennemi. Ensemble, sur différents fronts et visant différentes générations, leur objectif reste le renforcement des «forces nouvelles» pour sauver les valeurs de l’Occident chrétien. Durant près d’une décennie entière, un journal largement diffusé leur servira de tribune médiatique commune et de plaque tournante. C’est le «Le Nouvel Europe magazine», alors dirigé par Emile Lecerf, un ancien collaborateur de l’Institut culturel de la SS, durant l'occupation nazie de la Belgique.

Dans ce journal, le lecteur pouvait se procurer par correspondance les livres de monseigneur Lefebvre et ceux de son «église». A la base de cette diffusion se trouvait 3A Diffusion. Cette maison d’édition wallonne publiait, au même moment, les discours politiques de Jean-Marie Le Pen et de Léon Degrelle, les chants de guerre des Phalanges libanaises ou ceux des jeunesses hitlériennes… Le responsable de 3A Diffusion, Arkady Arianoff (décédé le 5 décembre dernier), s’occupait par ailleurs de l’édition belge des «Cahiers Européens». Cette publication française néonazie était dirigée en France par François Duprat, le leader de la tendance radicale du Front national lepéniste et meneur du «mouvement» négationniste. Après son étrange assassinat, en 1978, ce nostalgique de l’Allemagne hitlérienne sera enterré par les bons soins de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, comme d'autres néofascistes...

Comme ce bref rappel historique nous l’enseigne, au cours des années, les connexions fraternelles entre ce courant intégriste et l’extrême droite belge vont se renforcer. Et quand le Front national va apparaître en Belgique, en 1985, toujours à la recherche d’une expression politique pour défendre ses intérêts, le clan lefebvriste va lui apporter un soutien direct. Quelques exemples.

La Fraternité monte au Front
Le Front national va vite recevoir l’appui de plusieurs membres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Un de ses dirigeants historiques, le magistrat militaire Gérald Wailliez (aujourd'hui à la retraite), prend directement contact, dès 1987, avec Daniel Féret, le président-fondateur de ce nouveau parti d’extrême droite. L’intégriste Wailliez veut apporter son soutien au FN, et surtout quelques conseils stratégiques pour qu’il puisse se développer dans le paysage politique et séduire l’électorat conservateur et catholique. Ensuite, plusieurs membres de la Fraternité vont adhérer au FN belge.

A la fin des années 1980 et au début des années 1990, les liens entre cette formation politique et la Fraternité sont, entre autres, entretenus via les activités culturelles organisées par «Racines et Civilisation», une association culturelle lefebvriste bruxelloise. Mais aussi via la ligue Pro Vita, le sommet de l’iceberg du lobby anti-IVG, dirigée par un fidèle de monseigneur Lefebvre qui s’était engagé dans la collaboration durant l’occupation nazie.

En 1995, l’un des fils de Gérald Wailliez, Hugues, reçoit de Daniel Féret la vice-présidence du FN. Il est ensuite élu député fédéral aux élections législatives. D’autres élus frontistes sont également issus de la Fraternité. Pour sceller sa fidélité à l’Eglise dissidente lefebvriste, Daniel Féret, prêt à tout, va aussi participer personnellement à ses manifestations publiques. Malgré un mode de vie en total contradiction avec les valeurs d’ordre moral prônées par ces compagnons traditionalistes. Mais dans leur milieu, l’hypocrisie et l’opportunisme font bon ménage… Les intégristes fermeront les yeux sur les quelques «péchés» répétés de leur disciple Féret.

 


Deux couvertures de «Polémique-Info», lié aux intégristes de la FSSPX-Belgique. Ce journal national-catholique a été édité de 1995 à 2000 par Alain Escada, l'actuel président de Belgique & Chrétienté – Doc. : RésistanceS.be

Par ailleurs, Daniel Féret n’est pas le seul atout politique des intégristes. D’autres militants d’extrême droite sont directement aux ordres des lefevbristes. C’est le cas d’un certain Alain Escada. Activiste politique de longue date, Escada s’illustre au fil des années comme l’un des principaux propagandistes d’ultradroite. Après un passage dans les rangs «belgicains», il lance en 1995 «Polémique-Info». Ce journal confidentiel ouvrira ses colonnes à plusieurs rédacteurs de l'extrême droite pure et dure. En 1995, avec le groupe néonazi l’Assaut (dans lequel il y a des sympathisants du lefebvrisme), Escada rejoint la direction du Front nouveau de Belgique (FNB) pour en devenir son porte-parole officiel. A la suite de divers conflits internes (et d’une plainte déposée au sujet d'une mauvaise gestion de «Polémique-Info»), le jeune lefebvriste quitte le FNB pour se rapprocher, à nouveau, du Front national de Daniel Féret.

A plusieurs reprises, l'ex-patron de «Polémique-Info» se présentera comme un des porte-paroles de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Ce fut le cas, en novembre 2001, lors de l’ouverture de son église Saint-Joseph, dans le quartier européen de Bruxelles. Dans le cadre de ses activités politico-religieuses, Alain Escada dirige encore l'association Belgique & Chrétienté. Via cette dernière, il tente de recruter des jeunes fidèles lefebvristes pour ses propres intérêts politiques. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde au sein de la FSSPX.

«Formé à l’école maurassienne»
Comme on peut le constater : les liens de cette Fraternité avec l’extrême droite sont évidents et nombreux. Ses partisans de base n’ont d’ailleurs jamais nié cet état de fait. En avril 1998, «Polémique-Info» d’Alain Escada mentionnait à propos de la Fraternité : «le combat des traditionalistes est bien évidemment celui de la droite nationale, toutes nuances confondues». Le terme «droite nationale» est ici celui utilisé, dans un esprit «politiquement correct» par l’extrême droite pour s'auto-désigner.

Pour en revenir à l’abbé Aulagnier, cité au début de cet article, en plus de l’expression de ses sentiments monarchistes antidémocratiques, il exprimait en septembre 2001, toujours dans «Polémique-Info», au moment où il dirigeait le district de Belgique de la FSSPX, sa fierté d’avoir été «formé à l’école maurassienne», du nom de Charles Maurras, l’idéologue du «nationalisme intégral», dont l’axe central est le racisme et l’antisémitisme.

Manuel ABRAMOWICZ

Dans le texte

Les collabos, leurs héros…

Le maréchal Pétain et Vichy sont toujours adulés au sein de ce mouvement politico-religieux sectaire. La collaboration pronazie durant la Deuxième Guerre mondiale est l’une des références positives du mouvement lefebvriste. Comme le prouve cet extrait de «Pour qu’Il Règne», le bulletin officiel belge de la Fraternité Saint-Pie X.


Affiche de la SS française – Doc. : RésistanceS.be

«Dès 1943, on déclarait dans l’entourage de De Gaulle : ''La France doit subir une épuration qu’aucun pays en aucun temps n’a jamais connue''. Ce projet sinistre fut implacablement mis à exécution par les démocrates-chrétiens, auxquels les communistes et les socialistes laissèrent cette sale besogne. La France ne compta pas moins de 100.000 victimes innocentes, condamnées pour la seule ''faute'' d’avoir obéi loyalement au gouvernement légitime de la France, d’ailleurs en parfaite conformité avec les sages et fermes directives de l’épiscopat français.

Ce crime contre la France qui se trouva ainsi privée de ses élites les plus dévouées au bien de la patrie, se doubla d’un crime contre l’Eglise que les soi-disant libérateurs décidèrent cyniquement d’épurer elle aussi, avant de l’asservir tout à fait. (…) Menacés eux-mêmes, les évêques se turent tandis que le sang catholique et français coulait à profusion et que les prisons se remplissaient d’innocents. Aucune voix épiscopale n’a dénoncé comme il se devait les scandaleuses injustices commises par les démocrates-chrétiens au pouvoir. Et Rome s’est tue aussi.»

(extrait de l'article «Fatima et le Communisme», publié dans «Pour qu’Il Règne», publication officielle du district belge de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, n° 14, janvier 1997, p. 14).

 

 

© RésistanceS – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 25 janvier 2009.

 

 

Un dossier réalisé par Manuel ABRAMOWICZ


Sommaire

A l'extrême droite de Dieu : introduction au dossier

Carte d’identité de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X

Les principes de base du lefebvrisme

Jean Ousset, le «penseur» du mouvement lefebvriste

Chronologie d’une histoire intégriste en Belgique (de 1969 à nos jours)

Les croisés de l’Occident chrétien en connexion avec l’extrême droite

La messe lefebvriste est dite pour les morts fascistes

Les lefebvristes dans le texte


Lire également sur RésistanceS.be :

Le retour des fous de Dieu…

Charles Maurras, père du «nationalisme intégral» et modèle de Marcel Lefebvre

Belgique & Chrétienté, dans le giron de la FSSPX

Messe lefebvriste pour le néonazi François Duprat


Comité de soutien de RésistanceS



POUR BENEFICIER DE NOS SERVICES : QUE FAIRE ?
Soutenez vous aussi RésistanceS...
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.

Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS !

Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :
n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282
Avec en communication : «25-01-2009»

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI


Affiche de RésistanceS, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS 2008