RésistanceS.be 22-01-2012

Dissidence ou nouveau parti ?


«Solidarité Unitaire est un parti du centre»


Les dirigeants de  Solidarité Unitaire (su01.html), affirment que leur nouveau parti n’est ni de gauche ni de droite. Et encore moins une scission du Front national belge. Ils s’en expliquent dans un droit de réponse envoyé à RésistanceS.be. Le voici ci-dessous, suivi de nos commentaires.

 



Pas d’extrême droite le parti Solidarité Unitaire ? C’est possible, mais sur son mur Facebook sont vice-président affirme pourtant son soutien à Marine Le Pen – Doc.: RésistanceS.be



«Dans votre parution du 13 janvier 2012, vous publiez un article intitulé ''l’extrême droite ça continue''. Quelle fut  notre surprise de lire certaines informations nous concernant.
En tant qu’ex-membres du FN, il est bien normal de trouver d’anciennes photos de notre présence à Paris pour soutenir  Marine Le Pen le 1er mai 2011. Utiliser ces anciennes photos pour nous discréditer aux yeux des citoyens n’est pas très intelligent. Sachez  qu’il est déjà publié sur Facebook que nous sommes des ex-membres du FN et que cela est renseigné à toutes  personnes qui nous ont contactés, car nous n’avons rien à cacher aux citoyens.

Dans votre article vous nous faites passés  pour un parti, je cite, ''d’ultra-droite'' et pour ''une dissidence du FN'', ce qui est totalement faux !!!

Solidarité Unitaire est, et restera, un parti du centre que cela vous  en déplaise.
Nous avons démissionnés du Front National car nous estimons que lutter contre la précarité est bien plus important à l’heure actuelle qu’un combat contre l’immigration, même si cela est un problème qui subside toujours.

Nous voulons une immigration choisie, et non comme aujourd'hui une immigration non contrôlée, la nouvelle Ministre ayant en charge l'immigration a précisé que 95 % des sans-papiers n'avaient pas leur place en Belgique ? Et nous ne croyons pas que cette personne soit d'extrême droite.

Vouloir faire des amalgames avec le FN et Solidarité Unitaire est très déplacé ! Je vous suggère d’aller voir notre programme sur (notre site) et vous pourrez constater par vous-même que nous n’avons rien avoir avec le programme du FN.

Vous parlez de démission de notre parti, sachez qu’il y en a eu deux :
Manuel Cailleeuw qui était le premier président du parti a démissionné pour des raisons familiales et non pour une divergence avec Latinis Sandra et pour votre info nous avons toujours d’aussi bon rapport à ce jour.

Nicu Oancea qui était secrétaire générale a démissionné suite à un malentendu avec Latinis Sandra et non suite à une divergence comme vous le prétendiez ! Encore une fois vos amalgames avec le FN non pas lieu d’être !

En ce qui concerne les ex-FNI, sachez que je ne juge pas les gens sur leurs idéologies quelles  qu’elles soient mais bien sur les qualités en tant qu’être humain. (Ce n’est pas parce que les gens ne pensent pas comme vous, que ça en fait des mauvais et les condamner, telle est ma mentalité!).

Et je peux vous affirmer qu’aucun ex-membres du FNI ne faisait et ne fait partie du Blood & Horour !

Enfonçant le clou dans une sorte de dérision, vous prétendez que seuls les partis gauchistes apporteront une solution à tous les problèmes des Belges ! Les autres partis y compris la N-VA et le Parti Populaire et certains parlementaires du MR sont des extrémistes ?  Nous protestons face à de telles contrevérités qui visent à discréditer  un nouveau parti qui se veut être un parti porte-voix des citoyens».

Sandra LATINIS et Guy FARCY
Présidente et vice-président du parti politique Solidarité Unitaire».





Les réponses de RésistanceS.be

  • Le nouveau parti Solidarité Unitaire est donc un «parti du centre». Comme le stipule en effet ses textes fondateurs, il se revendique comme étant «un parti citoyen : ni de gauche, ni de droite». Son souhait est de devenir «la voix du peuple belge». Vaste programme pour un parti débutant, groupusculaire, sans structures, inconnu du grand public, sans moyens ni argent.
  • Nous prenons bonne note que les dirigeants du nouveau parti politique Solidarité Unitaire (SU), le présente comme une formation étrangère à l’extrême droite belge.
  • Cependant ses dirigeants-fondateurs (à l’exception d’une) proviennent tous de la direction du Front national belge «réunifié» (un des quatre FN actifs en Belgique).
  • Ancien conseiller politique et juridique et ex-trésorière nationale de ce FN, Guy Farcy et Sandra Latinis affirment avoir rompu, en octobre 2011 (il y a donc seulement trois mois), avec ce parti d’extrême droite, sans pour autant avoir fait scission.
  • Solidarité Unitaire ne peut donc, selon eux, être considérée comme une dissidence du Front national («réunifié»).
  • Nous constatons que les dirigeants-fondateurs du parti SU n’ont publié jusqu’à présent aucune déclaration officielle expliquant concrètement les raisons et la nature idéologique exactes de leur séparation avec le FN «réunifié».
  • S’il y a eu une rupture structurelle entre les fondateurs du parti Solidarité Unitaire et leur ancienne formation d’appartenance (le FN «réunifié»), Guy Farcy, le vice-président de SU, reste cependant attaché à l’appellation de son «ancien» parti. Sur Facebook, lorsqu’il évoque Solidarité Unitaire, il le dénomme parfois «Solidarité Nationale»…
  • Toujours sur Facebook, le même Farcy se montre encore un partisan inconditionnel de Marine Le Pen et de son FN. Le 22 décembre dernier, le vice-président et cofondateur de Solidarité Unitaire écrivait par exemple sur son mur de ce réseau social, le commentaire suivant : «Ne recommençons pas l'histoire, résistons aux envahisseurs (NDLR : immigrés, musulmans…). Le vote présidentiel utile pour la liberté du peuple français et les valeurs de la république c'est Marine le Pen» et encore «Vive le Front National Français, vive Mme Marine le Pen».
  • Au sujet desdites «anciennes photos» (dixit Latinis et Farcy), prises lors de la manifestation annuelle du Front national français à Paris, elles ne datent pas du siècle dernier, mais d’il y a seulement huit mois. Comme nous pouvons le constater, l’ancienneté est ici une notion bien relative.
  • Concernant les membres du FNI (Front national Identitaire), le service d’ordre interne du FN «réunifié» qu’avait mis sur pied et dirigeait alors Sandra Latinis, cette dernière écrit que ce n’était pas «leurs idéologies» qui comptaient mais leurs «qualités en tant qu’être humain». Nous pouvons comprendre que la responsable de l’époque du FNI tente d’occulter aujourd’hui la nature exacte de «leurs idéologies» : la plupart des activistes du Front national Identitaire met, encore clairement aujourd’hui, en avant leur affiliation au nazisme et leur admiration sans bornes pour Léon Degrelle, l’ex-commandant charismatique de la «division Wallonie» de la Waffen-SS nazie.
  • Ce sont ces mêmes membres (ex-membres aujourd’hui) du Front national Identitaire et du FN «réunifié»qui se revendiquent de Blood & Honour, et en particulier de sa dissidence Combat 18 (C18), comme le montrent de nombreux documents en notre possession et une photo de l’un de ceux-ci à la dernière assemblée générale frontiste, le 15 octobre dernier.

La rédaction de RésistanceS.be

 




Note de la rédaction

Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 22 janvier 2012.

 

 

 

 

 

 


Après 27 ans d’existence, Marine Le Pen souhaite mettre fin à l’histoire du Front national en Belgique !

 


INFO EXCLUSIVE
du web-journal
RésistanceS.be
Le 19 janvier 2012, les derniers responsables du Front national belge «réunifié» ont appris officiellement que Marine Le Pen, la présidente du FN français, avait mis fin à la convention qui les liait depuis avril 2011. Les frontistes de Belgique ne peuvent désormais plus utiliser le nom de son parti, ses initiales et son emblème. Le FN belge est-il pour autant totalement mort politiquement ?

Un dossier de RésistanceS.be, le web-journal de l’Observatoire belge de l’extrême droite.  

Au sommaire de ce dossier :

 

Et dans les Archives de RésistanceS.be
 

 



En octobre 1988, devant le siège du Front national belge à Molenbeek-Saint-Jean. C’est dans cette commune bruxellois que le parti d’extrême droite, fondé trois ans plus tôt, fit élire son premier élu, lors des élections communales de la même année © Photo Manuel Abramowicz


 


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2012 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011