[HOME] [INFO]

 

Elections 2004



Affiches, pour les élections régionales bruxelloises de 1989, du Parti des forces nouvelles (PFN), un groupuscule néonazi parrainé par Filip Dewinter, le véritable chef du Vlaams Blok © Photo : Manuel Abramowicz.

Les précédents résultats des extrêmes droites aux élections régionales et européennes de 1999

Aux Régionales du 13 juin 1999, l’extrême droite francophone, totalement divisée en plusieurs formations politiques différentes (FN, FNB, FN-FW, FNB-P, Zut, Bloc-W, PSD,…) connut un véritable « Waterloo électoral ». Le Vlaams Blok gardait pour sa part, comme d’habitude, le monopole de l’électorat protestataire d’ultra-droite et xénophobe. Daniel Féret, « président à vie » du Front national, ne peut plus siéger au Parlement européen, après la défaite de son parti au scrutin européen. Les deux eurodéputés du Blok y restent quant à eux.

L’analyse des élections régionales et européennes du 13 juin 2004 doit aussi se faire au regard des précédentes élections. Voici quatre tableaux pour faire cette analyse.

TABLEAU 1
Résultats des listes d’extrême droite
Elections régionales bruxelloises

Annes/Listes
1989
1995
1999
VB

2,1%

9.006 voix

1 élu

3%

12.507 voix

2 élus

4,5%

19.310 voix

4 élus

PFN

1%

4.190 voix

-
-
FN

3,3%

14.392 voix

2 élus

7,5%

30.803 voix

6 élus

2,6%

11.204 voix

2 élus

Unie (1)
-

0,4%

1827 voix

-
AR (2)
-

0,1%

423 voix

-
FNB
-
-

1,3%

5.528 voix

1 élu

ZUT (3)
-
-

0,2%

788 voix

Blow-W (4)
-
-

0,2%

681 voix

PSD (5)
-
-

0,2%

644 voix

TOTAL

6,4%

27.588 voix

3 élus

11%

45.560 voix

8 élus

8,8%

38.155 voix

7 élus

Tableau : © RésistanceS - mai 2004

(1) Unie : formation d’ultra-droite nationaliste belge animée par Alain Escada, responsable de la Fraternité Saint-Pie X, un mouvement de la droite chrétienne intégriste adepte de Charles Maurras, idéologue d’extrême droite, antisémite et monarchiste français. Après les élections régionales de 1995, Alain Escada va participer à la création du Front nouveau de Belgique (FNB). Aujourd’hui, il s’est retiré de la politique active et dirige une association intégriste « Belgique et Chrétienté », liée à la Fraternité Saint-Pie X.
(2) AR : Alliance radicale. Elle est issue d’une dissidence bruxelloise du Front national. Leader : Patrick Sessler. Soutenue par le Vlaams Blok, l’AR le rejoindra ensuite. Devenu le conseiller politique du dirigeant du Blok à Bruxelles (Johan Demol), Patrick Sessler annonce pourtant, en avril 2004, son retour au Front national. Pour les élections régionales du 13 juin 2004, il figure à la 8ème place sur la liste du FN.
(3) ZUT : liste mise sur pied par Alain Escada (revoir note n°1 de ce présent tableau), après son départ du Front nouveau de Belgique.
(4) Bloc-W : Bloc wallon. Liste « wallonne » proposé uniquement aux élections régionales bruxelloises par des dissidents du FN, dont Juan Lemmens. Après son échec électoral de 1999, ce « bloc » a disparu de la circulation. A ne pas confondre avec le Bloc wallon (BW), fondé en avril 2000, à Liège. Juan Lemmens présente une liste aux élections régionales du 13 juin 2004, dans la circonscription de Liège. Sa liste se nomme : Bloc national (BN).
(5) PSD : Parti social-démocrate. Formation politique éphémère fondée juste avant les élections de 1999 par deux députés régionaux bruxellois du FN. Le PSD n’existe plus aujourd’hui.

 

TABLEAU 2
Résultats du Vlaams Blok
Elections régionales flamandes

Année/Liste
1995
1999
Vlaams Blok

12,3%

465.239 voix

15 élus

15,5%

603.345 voix

20 élus

Tableau : © RésistanceS - mai 2004

 


TABLEAU 3
Résultats des listes d’extrême droite
Elections régionales wallonnes

Année/Liste
1995
1999
FN

5,1 %

96.574 voix

2 élus

4 %

75.262 voix

1 élu

AGIR

0,9 %

16.507 voix

-
Unie (1)

0,3 %

6.002 voix

-
Ligue (2)

0,0 %

707 voix

-
REF (3)

0,0 %

397 voix

0,0 %

221 voix

FNB
-

0,8 %

14.969 voix

FN-FW (4)
-

0,0 %

654 voix

FNB-P (5)
-

0,0 %

532 voix

PSD (6)
-

0,0 %

339 voix

TOTAL

6,3 %

120.187 voix

2 élus

4,8 %

91.977 voix

1 élu

Tableau : © RésistanceS - mai 2004

(1) Unie : voir note n°1 du Tableau 1
(2) Ligue : liste déposée à Liège. Menée par l’ancien responsable de Liège du groupe néonazi l’Assaut. Cette « ligue » n’a pas de lien avec La Ligue qui sera fondée en 2003 à Charleroi et qui déposera une liste dans sa circonscription pour les élections régionales du 13 juin 2004.
(3) REF : mouvement politique d’obédience néonazie de Hubert Defourny, l’ex-vice-président d’AGIR. Localisé uniquement à Liège, REF est alors soutenu par le Vlaams Blok. Depuis les multiples ennuis judiciaires de Defourny, ce groupuscule a aujourd’hui totalement disparu de la circulation.
(4) FN-FW : Front national – Fédération wallonne. Liste proposée à l’occasion des régionales de 1999, dans le Hainaut, par des adversaires de Daniel Féret, président du FN belge.
(5) FNB-P : Front de la Nation belge – Parti. Groupuscule localisé uniquement à Charleroi. Fondé par Jacques Hubert, une des « personnalités » historiques de l’extrême droite « carolo ». Ce dernier débute sa « carrière politique », au début des années quatre-vingt, au sein du Front nationaliste de Luc Michel. Il rejoint ensuite le Front national, avant de le quitter pour fonder le FNB-P. Il est aussi passé par le Parti communautaire national-européen (PCN), également de Luc Michel et d’obédiance « nationale-bolchévique » (sic). Avant son décès, Hubert, devint le responsable à Charleroi du mouvement néofasciste Nation.
(6) voir note n°5 du Tableau 1.


TABLEAU 4
Résultats des listes d’extrême droite
Elections européennes (1979 > 2004)

1979
1984
1989
1994
1999
VVP (1)

1 %

34.706 v.

-
-
-
-
POE (2)

0,2 %

4.617 v.

-
-
-
-
VB
-

2,1 %

73.174 v.

0 élu

6,6 %

241.117 v.

1 élu

12,6 %

463.919 v.

2 élus

15,1 %

584.392 v.

2 élus

FN
-
-
-

7,9 %

175.732 v.

1 élu

4,1 %

94.848 v.

0 élu

AGIR
-
-
-

1,9 %

42.917 v.

-
FNB
-
-
-
-

1,1 %

24.792 v.

TOTAL

39.323 v.

0 élu

73.174 v.

0 élu

241.117 v.

1 élu

682.568 v.

3 élus

704.032 v.

2 élus

Tableau : © RésistanceS - mai 2004

V= voix

(1) VVP : Vlaams Volk Partij. Formation d’ultra-droite nationaliste flamande fondée par des dissidents de la Volksunie. La tendance radicale du VVP avait participé à la mise sur pied en 1978 d’un cartel électoral qui avait pris le nom de « Vlaams Blok ».
(2) POE : Parti ouvrier européen. Formation politique installée sur le continent européen par un groupe sectaire d’extrême droite nord-américaine. Uniquement présent aux élections européennes de 1979, dans le collège francophone.

 

CONSTATS
A la lecture de ces quatre tableaux, nous pouvons remarquer que l’extrême droite, de façon globale, est en constante augmentation depuis sa structuration politique en Flandre, à la fin des années septante, et en Wallonie et à Bruxelles depuis le milieu des années quatre-vingt. Même si en 1999, les représentants du courant politique populiste d’ultra-droite et xénophobe francophones vont connaître un important reflux électoral.

Du côté francophone, cette extrême droite, souvent divisée, pourrait représenter une menace proportionnellement aussi inquiétante qu’en Flandre, si bien entendu cette même extrême droite était unie. Ce qui est loin d’être le cas.

Manuel ABRAMOWICZ

Source : le site Internet réalisé par le Département des sciences politiques de la Vrije universiteit Brussel (VUB), en collaboration avec le Service public fédéral de l’Intérieur (Direction générale de la législation et des institutions nationales, Direction des élections et de la population). Adresse URL de la page de départ consultée, le 11 mai 2004 : http://elections.fgov.be Dernière modification du site : non mentionnée.

© RésistanceS - www.resistances.be – Bruxelles – Belgique – mai 2004.

 

Analyse des résultats du scrutin du 13 juin 2004 NOUVEAU

L’extrême droite : stop ou encore ? (15 juin 2004)

Le « vote protestataire » d’extrême gauche également en hausse (15 juin 2004)

Voir aussi: J'aimerais qu'on m'explique, la nouvelle chronique de Nadia Geerts

Sommaire du dossier Elections 2004

Introduction de ce dossier

Les précédents résultats (1999)

Qui sera présent le 13 juin ?

Les absents du 13 juin

Un néonazi du FN désigné député?

Républicain, le Vlaams Blok?

Bruxelles : le double discours du Vlaams Blok

Elections : rendez-vous pour les règlements de compte
(Bloc National – Front national)

La liste bruxelloise FIRE est un sous-marin du Vlaams Blok

Vlaams Blok = Blocage (06/06/04)

Forum. Démocratie en danger : quelle réponse des partis « traditionnels » ?

Bruits de campagne - 24/05/04

Une nouvelle campagne contre l'extrême droite

Ce dossier a été coordonné par
Manuel ABRAMOWICZ

Mis en ligne le 1 juin 2004.


Quartier général du Front national, à Molenbeek en 1988 © Photo Manuel Abramowicz.


© RésistanceS – www.resistances.be - Bruxelles