RésistanceS.be 25-02-2014

RésistanceS.be et l'AFF/Verzet avaient raison !

 

Les néonazis de la RVF se sont réunis en Flandre


Dimanche dernier, la division française de la Racial Volunteer Force (RVF) a tenu à Sint-Katelijne Wavre, une petite commune de la Province d'Anvers, une « Journée d'unité européenne ». Avec des néonazis belges (Blood and Honour Vlaanderen et Autonome nationalisten), ainsi que le négationniste français Vincent Reynouard. Ce rassemblement de nostalgiques du Troisième Reich hitlérien avait été révélé par le web-journal RésistanceS.be et l'AFF/Verzet, son partenaire flamand . Compte-rendu.

 



Militants de la RVF portant l'uniforme de ce groupuscule néonazi lors de son rassemblement en Flandre. Parmi eux et en uniforme de la RVF : une des responsables des Autonome Nationalisten Vlaanderen, liés au micro-mouvement francophone Nation.

La Racial Volunteer Force (RVF) - en français : Force des volontaires raciaux - est un groupe confidentiel néonazi. Il est apparu en 2002, en Grande-Bretagne. Ses fondateurs sont des dissidents ultras de Blood and Honour (B&H). Comme cette organisation internationale néonazie, créée au milieu des années 1980 à Londres au sein de l'extrême droite anglaise, la RVF s'est également développée à l'étranger. Elle compte à l'heure actuelle des contacts et mêmes quelques membres aux Pays-Bas, en Belgique et en France.

Dans ce dernier pays, une « division » officielle existe sous le nom de RVF-France. Elle est constituée d'une petite dizaine d'activistes néonazis localisés dans le nord de la France, près de la frontière belge. La RVF-France est proche de la Picard Crew, un groupe néonazi local qui fut lui même lié à Troisième Voie, le mouvement de Serge Ayoub dissout ce été Des liens existent encore avec l'association racialiste « Terre et Peuple », également implantée en Belgique


Les contacts belges de la RVF
Dimanche dernier, la RVF-France organisait à Sint-Katelijne Wavre, près de Malines (Province d'Anvers, à une trentaine de kilomètres de Bruxelles), une « Journée d'unité européenne ». Avec pour but de mettre « en relations les blancs d'Europe ». « Toutes les organisations et personnes envieuses de créer une solide base face (aux) ennemis (de l'Europe blanche) » y étaient les bienvenues, précisait l'invitation de la Racial Volunteer Force.

Seulement une petite vingtaine de personnes firent pour finir le déplacement pour y venir. Parmi ceux-ci, outre les organisateurs de la journée, il y avait des activistes de Blood and Honour Vlaanderen, la division flamande de B&H, pourtant en totale décomposition depuis les arrestations et les condamnations de la plupart de ses dirigeants L'une des responsables des Autonome nationalisten Vlaanderen , un groupuscule néonazi flamand . Chantal Meerkens, était également présente au « meeting » de la RVF. Rien d'étonnant à cette présence : depuis plusieurs mois, des indications mentionnaient que Meerkens était devenue le contact flamand des néonazis de la « Force des volontaires raciaux ». Malgré qu'un doute planait sur sa motivation réelle de fréquenter le milieu d'extrême droite. Sur son compte Facebook, elle abordera d'ailleurs personnellement, pour les nier, les accusations faites tout récemment contre elle d'être une « indic de la police ».

Selon la RVF-France, des néonazis wallons avaient également fait le déplacement pour rejoindre Sint-Katelijne Wavre. Les liens des Autonome Nationalisten et de l'ex-Blood and Honour Vlaanderen avec des « camarades » de Wallonie et de Bruxelles sont établis depuis bien longtemps. Pour sa « vedette américaine », la RVF-France put compter sur le déplacement à sa journée de Vincent Reynouard, une vieille connaissance de RésistanceS.be.



Le négateur-nazi catholique traditionaliste Vincent Reynouard posant avec le responsable français de RVF, lors de sa « journée d'unité européenne » organisée le 23 février dernier près de Malines, à 31 km de Bruxelles – Doc. : RIFAF

Recherché par les polices belges et françaises, suite à des condamnations pour négationnisme, le web-journal RésistanceS.be, avec l'hebdomadaire Paris Match, avait révélé, en février 2009, la présence de Vincent Reynouard à Bruxelles. Il y était alors protégé par une communauté religieuse sectaire catholique . Arrêté pour finir, il passera quelques mois en prison. Depuis sa libération, Reynouard poursuit sa croisade en faveur des thèses falsificatrices en vue de dédiaboliser le Troisième Reich hitlérien. Soutenu par l'hebdomadaire français Rivarol , il se revendique comme un « national-socialiste, catholique traditionaliste et révisionniste ». Rien d'étonnant dès lors, de le voir réapparaitre dimanche dernier à Sint-Katelijne Wavre à la « Journée d'unité européenne » des néonazis de la RVF.

 



Chantal Meerkens à Bruges, le 16 février 2013, lors d'une manifestation organisée par les Autonome nationalisten Vlaanderen. Responsable de ce groupuscule néonazi flamand, elle est également le principal contact dans notre pays des néonazis de la RVF. Sur cette photo, derrière elle, se trouvent des militants bien connus de Nation, un micro-mouvement « identitaire » et « national-solidariste » francophone qui regroupe aussi des skinheads de tendance « NS »- Doc. RIDAF.

Certes de nature folklorique et marginale, cette « Journée d'unité européenne » aura cependant permis, comme d'autres regroupements confidentiels (par exemple ceux de Blood and Honour), d'établir et de renforcer des liens politiques entre des groupuscules prônant la lutte armée dans le cadre d'une « révolution national-socialiste à venir ». Le rôle des Autonomes nationalisten Vlaanderen est dans cette perspective essentiel.


La RVF reviendra en Belgique
A plusieurs reprises, Mark Atkinson, le dirigeant-fondateur anglais de la RVF, s'est rendu en délégation à des manifestations organisées outre-Manche par ses « camarades européens », comme ce fut le cas dans la ville française de Lille, en octobre 2011 et aux Pays-Bas en mars 2012. Des occasions pour y croiser aussi des militants de l'extrême droite de Belgique. Et de tisser des liens avec certains d'entre-eux.

La « Journée d'unité européenne » de la division française de la RVF à Sint-Katelijne Wavre démontre que le sol belge ne semble pas être inconnu pour les néonazis de la « Force des volontaires raciaux ». Cela pourrait se confirmer encore prochainement à l'occasion d'une dite « journée familiale » déjà programmée par la RVF-France en Flandre. La suite ? Sur RésistanceS.be !

SIMON HARYS
Web-journal RésistanceS.be

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 25 février 2014.

 

 


L'invitation de la RVF-France pour son rassemblement de ce dimanche dans les Flandres – Doc. : AFF/Verzet.

 

A LIRE SUR BLOOD AND HONOUR
ET SES DISSIDENCES

Le site du web-journal RésistanceS.be a déjà consacré de nombreux articles à l'organisation internationale néonazie Blood and Honour, à ses dissidents de B&H/Combat 18, de BBET et de la Racial Volunteer Force (liste non-exhaustives) :

Skinheads, mythe et réalité (1993, puis 2008). Histoire politique du mouvement skin, de Grandre-Bretagne en Belgique

La Belgique reste une plaque tournante des « négateurs-nazis » (2005)

Réseau terroriste démantelé en Belgique (2006)

Les nazis-skins de BBET renvoyés devant le tribunal (2008)

Extrême droite et néonazis, même combat ? (2011)

T-shirts Blood & Honour, autonomes nationaux-socialistes et Nation (2013)

Procès contre des néonazis hollandais et un belge (2013)


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2014 »

 




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011