[HOME] [INFO]

 

RésistanceS – 29 août 2006

Extrême droite chez les ''immigrés'' : Interview de Mehmet Koksal

Une réalité tabouisée


Victimes en premier lieu du racisme, au sein des populations issues de l'immigration, il existe aussi des racistes et des partisans d'une société liberticide © Photo : Manuel Abramowicz – RésistanceS.


Pour les communales du mois d'octobre, figurent sur les listes électorales de formations dites ''démocratiques'' des candidats issus de l'immigration, mais provenant d'organisations ''non démocratiques''. Ces dernières développent souvent une doctrine politique à l'opposé de celles du PS, du MR, du CDH... Cet aspect de la realpolitik est dénoncé depuis bien longtemps par Mehmet Koksal. Pour ce journaliste belge d'origine turque et animateur de plusieurs sites Internet consacrés aux populations immigrées : ''la 'peste brune' touche toutes les composantes de la société, y compris les personnes d’origine étrangère''. Nous l'avons rencontré. Interview.

Listez-vous systématiquement les candidats d'origine étrangère provenant d'organisations ''antidémocratiques'' et présents sur des listes électorales de formations dites ''démocratiques'' pour les élections communales du 8 octobre prochain ?
MK: Non, je n’aborde le sujet que lorsque le candidat fait justement lui-même campagne sur ces thèmes. Dans le climat actuel, si au moins les candidats belges d'origine turque s'abstenaient de faire campagne sur le génocide arménien, ce serait déjà un bon début. Si en tant que personnalité politique, vous manifestez pour le démantèlement du monument au génocide arménien (Emir Kir du PS et consorts), si vous vous affichez ouvertement négationnistes (Sevket Temiz PS ex-MR, Sait Köse du FDF, Derya Bulduk du FDF) afin de jouer la surenchère communautariste, si en plus vous écrivez des livres pour défendre l'indéfendable (Mustafa Öztürk du MR-Liste du bourgmestre), permettez alors aux journalistes de vous interpeller sur le sujet ou au minimum de rapporter vos propos dans une langue que tout le monde comprend (ou presque) en Belgique.


''Le double discours des partis politiques à ce sujet n’aide pas les militants antifascistes
dans leur combat légitime''.

Mehmet Koksal

Aujourd'hui, grâce à vos enquêtes journalistiques, les directions du PS, du MR, du FDF et du CDH sont au courant des ''CV'' politiques de leurs candidats issus par exemple de la droite nationaliste turque ou de la mouvance nationaliste marocaine anti-algérienne. Comment ont-ils réagi ?
MK: Par le silence radio. Aucune des formations politiques démocratiques n’ose faire le ménage, malgré les preuves irréfutables mis en avant. C’est la politique de l’autruche jusqu’après les élections. Pire, on accuse les journalistes indépendants de calomnie et de diffamation, on les traîne en justice. Parmi la classe politique et certains journalistes de grands médias règne un climat de crainte d’être accusé de racisme dès qu’il faut relater le communautarisme antidémocratique des candidats et élus d’origine étrangère. Il y a aussi la volonté légitime de soutenir les candidats issus des minorités. Mais doit-on le faire à tout prix ? Ce n’est pas parce qu’on est d’origine étrangère qu’on est automatiquement immunisé face au discours d’extrême droite ou aux fréquentations douteuses. Le racisme n’est pas uniquement le refuge de l’ouvrier blanc en mal contre la mondialisation, la ''peste brune'' touche toutes les composantes de la société, y compris les personnes d’origine étrangère ou les hommes d’affaires.


Vos enquêtes journalistiques dérangent certainement les tenants de la realpolitik, ceux qui par opportunisme, pour gagner les élections, ratissent tous azimuts, y compris en s'adressant à l'électorat immigré via des candidats pourtant forts proches des thèses antidémocratiques du Vlaams Blok/Belang et du Front national. Selon vous, sont-ils dès lors en infraction morale vis-à-vis du cordon sanitaire mis en place contre l'extrême droite ?
MK: Certainement, le débat sur le cordon sanitaire garde sa pertinence pour autant qu’on soit cohérent avec soi-même. Il est, par exemple, moralement inacceptable de maintenir à sa place un secrétaire d’Etat qualifié par nous de menteur, délinquant et négationniste après qu’un jugement confirme nos enquêtes. Il est moralement inacceptable d’assister à des réunions organisées par l’extrême droite alors qu’en mai 2001, le ministre flamand de l’Intérieur, Johan Sauwens, avait dû se démettre de ses fonctions à la demande de son parti (feue Volksunie) pour avoir participé à une réunion de sympathisants d’extrême droite et d’anciens SS. Vous n’aimez pas l’extrême droite ? Très bien, mais alors renseignez-vous avant d’accepter un petit-déjeuner avec ses lobbies et ses organisations installés en Europe.

Constatez-vous une montée du racisme parmi les populations héritières de l'immigration, victimes pourtant en premier lieu du racisme ambiant de notre société ? Comment s'exprime-t-il ? Quelles sont les communautés les plus touchées par ce fléau ?
MK: Je ne suis pas sûr : pour confirmer ou non une montée du racisme dans ce segment, il faudrait comptabiliser le nombre de plaintes introduites au Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, le MRAX, et au Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme. Parmi les populations immigrées, on dirait qu’il existe le principe du « last In, last served » (dernier arrivé, dernier servi) où les stéréotypes négatifs sont d’abord véhiculés parmi la précédente vague contre les derniers arrivés comme les Polonais, les Bulgares ou les Roumains. Est-ce déjà une preuve d’intégration dans la société belge ? Il faut alors remettre en cause le modèle d’intégration (inexistant) à la belge. Plus généralement, je constate simplement que plus les Etats-Unis restent en Irak, plus le recrutement de candidats jihadistes se facilite en Europe ; plus Israël viole le droit international, plus le discours antisémite se propage principalement parmi les personnes d’origine arabe, etc.

Contre les racisme inter-communautaire, anti-Belges et anti-''immigrés'' : que faire ?
Il faut en tout cas être très ferme contre ceux qui agissent ou diffusent des discours d’extrême droite, quelle que soit la langue utilisée. Le double discours des partis politiques à ce sujet n’aide pas les militants antifascistes dans leur combat légitime.


Propos recueillis par Manuel ABRAMOWICZ

Qui est Mehmet Koksal ?
Journaliste de profession (notamment à l’hebdo ''Courrier international''), Mehmet Koksal est né en Belgique de parents turcs. Il vit à Bruxelles. Diplômé de l'Université libre de Bruxelles (ULB), ce multilingue (outre nos langues nationales, il parle le turc, l'anglais et le russe) anime plusieurs sites Internet. Ces derniers sont des médias de référence en matière d'études et de recherches sur les populations immigrées. Mehmet Koksal travaille également en étroite collaboration avec Pierre-Yves Lambert, le spécialiste belge de la politisation des populations issues de l'immigration. Ensemble, ils co-animent le site ''Suffrage Universel''.

Minorités.org http://www.minorites.org
Humeur allochtone http://allochtone.blogspot.com
Suffrage universel : http://www.suffrage-universel.be/

 

 

© RésistanceS – Belgique – Bruxelles – www.resistances.be – e-mail : info@resistances.be – 29 août 2006

 

Après les élections du 8 octobre 2006


Un dossier de RésistanceS.be coordonné par manuel Abramowicz et mis en ligne le 21 octobre 2006.

Les huit enseignements des élections 2006

Résultats de l'extrême droite aux élections communales 2006 (Région flamande)

Résultats de l'extrême droite aux élections communales 2006 ( Région Bruxelles-capitale)

Résultats de l'extrême droite aux élections communales 2006 (Région wallonne)

Résultats de l'extrême droite aux élections provinciales 2006

Rapport de force des extrêmes droites dans les trois régions

VB-Vlott : succès relatif de leur cartel électoraux

Les premiers élus de Force nationale

Echec des Identitaires

Plainte contre Belgique & Chrétienté et Nation

 

Sommaire de notre dossier


Un dossier de RésistanceS coordonné par Manuel ABRAMOWICZ

Dossier mis en ligne le : 29 août 2006
Dossier réactualisé le : 29 août 2006

Introduction à notre dossier: Que va-t-il se passer le 8 octobre prochain ?

Où l’extrême droite sera-t-elle présente aux élections communales du 8 octobre ?

Zizanie facho : enjeux et conflits électoraux inter-nationalistes

La bataille d'Anvers

L’imposture philosémite de Dewinter

Des listes unitaires FNB pour la ''mouvance identitaire''

Who's who de la ''mouvance identitaire''

Après le 8 octobre : la fin du cordon sanitaire ?

Des ''immigrés'' nationalistes sur des listes démocratiques

L'extrême droite pro-intégriste islamique, existe !

Une réalité tabouisée - interview de Mehmet Koksal sur l'extrême droite chez les ''immigrés''

''Ne votez pas extrême droite'' : Appel de la FGTB flamande contre le Vlaams Blok/Belang

Belgique & Chrétienté, le rendez-vous de la ''vraie droite belge''

Résultats et analyses des précédentes élections communales (2000)

 

Toujours en ligne sur RésistanceS.be


En plus de notre présent dossier, nous vous invitons à consulter nos articles suivants :

Extrême droite et antifascisme en Belgique – Intervention de RésistanceS au Parlement européen sur l’état de la situation - 12 mai 2006

Qui est réellement Philip Dewinter ? Portrait chronologique du véritable patron du Vlaams Blok/Belang

La fin du « féretisme » ?

Portrait politique de Daniel Féret

Antisémitisme : le naturel du Blok/Belang revient au galop

Notre dossier Elections communales 2000