RésistanceS.be 03-01-2014

Dans les coulisses de l'extrême droite franco-flamande


Les paradoxes des liens du FN français avec le Vlaams Belang


Le partenaire belge officiel du parti d'extrême droite français présidé par Marine Le Pen est le Vlaams Belang. Qui préconise cependant une réduction du territoire national français. Les principaux dirigeants du VB sont aussi directement liés aux dissidents du FN lepéniste et aux indépendantistes bretons. Cela fait désordre.


 


De droite à gauche :  en 1989 au Parlement européen, les eurodéputés Karel Dillen (Vlaams Blok/Belang), Jean-Marie Le Pen (Front national français) et Franz Schönhuber (Die Republikaner, un parti d'extrême droite allemand) – Photo publiée sur www.forumpatriote.org.



Fin décembre, dans le Knack, Marine Le Pen a fait savoir que désormais son partenaire belge officiel est le Vlaams Belang (VB). Ce parti a été fondé en 1978 sous le nom de Vlaams Blok, autour de Karel Dillen, un vieux nostalgique de l'Europe ethnique allemande. La présidente du Front national français a défendu dans les colonnes de l'hebdomadaire flamand le « nationalisme völkisch » du VB. Cette nouvelle alliance franco-flamande est cependant paradoxale. A deux niveaux.

  • Premier niveau
    Le FN d'outre-Quiévrain est un parti nationaliste de type « jacobin ». C'est le « nationalisme d'Etat » qui constitue la base de son programme géostratégique. Le Front national préconise l'unité de la France et combat toutes les revendications régionalistes. Pour lui, les Corses, les Bretons, les Basques... et les Flamands du nord de la France sont des Français. Le parti frontiste reste adepte de la « loi du sol ».

    Pour sa part, son partenaire belge flamand défend un « nationalisme pan-néerlandais » sur une base ethnique s'arc-boutant sur la « loi du sang ». Pour le Vlaams Belang, la Flandre belge doit gagner son autonomie en créant un Etat indépendant avec les Pays-Bas, mais également avec la Flandre... française. Soit en réduisant l'« espace vital » de la France. Un scénario combattu totalement par le Front national de Marine Le Pen.

 

  • Second niveau
    Il y a près de trente ans, le FN français et le parti d'extrême droite flamand collaboraient déjà ensemble, notamment au Parlement européen. Depuis, les nouveaux dirigeants de ce dernier se sont rapprochés des micro-partis et mouvements dissidents de la formation de Marine Le Pen. En 2008 et en 2010, Filip Dewinter et Frank Vanhecke, deux des principaux chefs historiques du VB, iront ainsi soutenir la Nouvelle Droite Populaire (NDP) et le Parti de la France (PdF)  Dewinter maintiendra encore des relations privilégièrent avec le Bloc identitaire, le parti le plus concurrentiel à l'extrême droite pour le FN.

    Historiquement, des contacts existaient déjà entre les purs et durs du Vlaams Belang, alors menés par Roeland Raes, son idéologue et vice-président et des mouvements régionaux indépendantistes en France. En 2004, les nationalistes radicaux bretons de l'Adsav tenaient un stand au congrès des Vlaams Belang Jongeren. Et recevront la visite cordiale de Filip Dewinter. L'Adsav se présente comme étant le Parti du peuple breton (PPB).

 


Filip Dewinter lors de sa visite du stand d'Adsav, un mouvement revendiquant une Bretagne indépendante – Photo : RIDAF

L'alliance opportuniste FN-VB actuelle pourra-t-elle avoir un développement durable ou sera-t-elle pour finir vouée, comme jadis, à la séparation de ces deux entités nationalistes antagonistes ? A suivre sur RésistanceS.be.

MANUEL ABRAMOWICZ
Rédaction de RésistanceS.be


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

 

© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 3 janvier 2014.



L'hebdomadaire flamand Knack s'est longuement entretenu avec la présidente du Front national  français © Photo : Johan Gulbenkian / RésistanceS.be

 


Les articles de ce nouveau dossier de RésistanceS.be :



A lire sur le site du web-journal RésistanceS.be

Articles de référence sur le FRONT NATIONAL



Articles de référence sur le VLAAMS BELANG

 

Front national-Vlaams Belang : les aller/retour continuent



Un DOSSIER INEDIT de RésistanceS.be
TOUJOURS DISPONIBLE

pour comprendre l'évolution actuelle
de l'extrême droite en Europe.

Pour le lire CLIQUEZ ICI


Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite.

Pour être régulièrement informé sur l'extrême droite, le racisme, le sectarisme et l'intégrisme, retrouvez également le journal RésistanceS.be sur le réseau social Facebook
CLIQUEZ ICI

 


 

Note de la rédaction
Nous acceptons volontiers que nos informations soient reproduites. Nous souhaitons cependant que vous en citiez la source, en indiquant clairement qu'elles proviennent de ResistanceS.be, l'Observatoire belge de l'extrême droite. Pour la reprise de nos informations sur des sites Internet, veuillez faire un hyperlien vers notre site : www.resistances.be



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2013 »

 




Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2011