RésistanceS.be 19-02-2010

En marge du Front national


L'unité impossible des identitaires...


Ils se proclament comme les successeurs légitimes du frontisme en déclin.
Les identitaires se présentent comme étant
les seuls partisans du renouveau de l'extrême droite. Leur tentative de fédération a cependant échoué.

 


Conférence de presse de Jacques Bompard (Ligue du Sud) avec le Bloc identitaire, à Nice en novembre 2009. L'unité n'est que de façade....



En 2007, plusieurs mouvements régionalistes et identitaires se rassemblèrent pour tenter d'unir leurs forces. Le 21 juin de la même année, une Fédération identitaire était portée sur les fonds baptismaux. Finalement, seulement deux mouvements constitueront cette fédération : le Bloc identitaire de Fabrice Robert et Alsace d'abord. Le Mouvement régionaliste breton refusa l'offre d'adhésion à cette fédération. Les identitaires de Terre & Peuple de Pierre Vial et de la revue Réfléchir & Agir (R&A) en furent pour leur part écartés. Ce qui poussa les responsables de R&A de s'exprimer à ce sujet en ces termes :

«[…] Vial et nous (R&A) avons été sciemment écartés alors que nous avions nous-mêmes proposé une alliance à Fabrice Robert, délaissant pour une fois les vieux réflexes gaulois et les anciennes rancunes. Las, pas d'invitation à la fameuse réunion un mois après avoir tendu la main. […] Les Identitaires préfèrent rester entre eux, tout diriger et nous rejeter au motif que nous sommes "trop radicaux et compromettants" […]. Au final, il n'y aura donc que le Bloc et Alsace d'abord. […] Enfin, l'incantation sur l'unité des Identitaires apparait en effet pour ce qu'elle est : une vaste fumisterie et une big tartufferie».

La Fédération identitaire a été depuis lors mise aux oubliettes de l'Histoire de l'extrême droite française. Le mouvement Terre & Peuple (T&P) apporte un soutien ouvert à la Nouvelle droite populaire (NDP). La revue Réfléchir & Agir poursuit son combat de «désintoxication idéologique» (sic) en toute autonomie, mais en partenariat régulier avec T&P. Le Bloc identitaire et Alsace d'abord (affaibli par l'engagement de son fondateur dans la NDP) tentent néanmoins d'animer un semblant de mouvance identitaire. Une mouvance qui s'est fortement «libéralisée» depuis l'adoption d'une stratégie réformiste, à défaut de réel projet révolutionnaire. Hier nationalistes-révolutionnaires, désormais ces concepteurs du courant identitaire se modèrent de plus en plus.


Combien de divisions ?
L'éclatement de la «mouvance identitaire» se confirme à la veille des élections régionales qui auront lieu en France au mois de mars. Transformé en 2009 en parti politique, le Bloc identitaire y sera présent avec des listes déposées en Alsace (par sa désormais branche locale, Alsace d'abord) et en Languedoc-Roussillon avec la liste de la Ligue du Midi, ainsi qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur en apportant son soutien à la Ligue du Sud de l'ex-frontiste et maire d'Orange Jacques Bompard.

Mais, les autres représentants du courant identitaire apporteront, aux mêmes élections, leur appui aux listes proposées en commun par la Nouvelle droite populaire, le Parti de la France et le Mouvement national républicain. Il faut pour finir signaler la présence d'identitaires dans la périphérie du Front national. Par cette situation lézardée, le Bloc identitaire n'a dès lors plus le monopole sur cette mouvance.

Les identitaires se retrouvent dans les trois courants structurels de l'extrême droite française : celui de la droite nationaliste frontiste, de la droite nationale et identitaire et dans le courant identitaire et régionaliste. Identitaires de toute la France, combien de divisions ?

Manuel Abramowicz


A lire encore sur le même sujet, l'article de Jean-Yves Camus :

• Les Identitaires en quête de respectabilité



© RésistanceS.be – web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite – www.resistances.be – info@resistances.be – Article mis en ligne le 19 février 2010

Le 14 mars prochain, le premier tour des élections régionales aura lieu en France. L'occasion pour RésistanceS.be de vous proposer un panorama complet de l'état des forces de l'extrême droite nationalistes et identitaires en France.

Un dossier réalisé par :
• Manuel Abramowicz : coordinateur de la rédaction de RésistanceS.be
• Jean-Yves Camus : politologue à l’IRIS et correspondant français de RésistanceS.be

Mis en ligne le 19 février 2010, ce dossier de RésistanceS.be sera complété d'autres articles jusqu'aux résultats du second tour, le 21 mars 2010, des élections régionales françaises.


Au sommaire de ce dossier :

Panorama de l'extrême droite française en 2010

Duels électoraux entre courants

Pas de courants pour les nationaux-catholiques ?

L'Après-Jean-Marie Le Pen : la guerre des clans frontistes, Marine contre Bruno

L'impossible unité des identitaires

 


Sur l'extrême droite de France,
lire également sur RésistanceS.be

Sur le Front national :

Campagne présidentielle 2007 de Jean-Marie Le Pen

Voyage en «lepénie»

Jean-Marie Le Pen à Anvers

François Duprat : portrait de l'ex-numéro 2 du Front

Au cœur du FN, la « question israélienne » en débat


Sur les partis, organisations et publications suivants :

Œuvre française

Occident / Ordre nouveau

Nouvelle droite populaire (NDP)

Terre et Peuple

Bloc Identitaire

Bloc identitaire et Alsace d'abord

Unité radicale

Rivarol

Réfléchir & Agir

Intégristes nationaux-catholiques

Editions Dualpha

Cercle Franco-Hispanique (CFH)

Egalité & Réconciliation (E&R)

Dieudonné – Le Pen

Mouvement des damnés de l'impérialisme (MDI)



Campagne « Extrême droite : ils se trompent de colère ! »

Depuis le mois d'août 2008, RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire de l'extrême droite, anime une campagne d'information pédagogique en direction des électeurs et des militants d'extrême droite !

Pour plus d'information et la soutenir CLIQUEZ ICI


Comité de soutien de l'asbl RésistanceS



Pour bénéficier de nos services :
que faire ?

Soutenez vous aussi RésistanceS.be !
Média gratuit proposé par l'Observatoire belge de l'extrême droite, RésistanceS se réalise uniquement grâce à l'apport financier de son équipe et de certains lecteurs qui lui font des dons.
Vous lisez gratuitement les articles de RésistanceS.be !
Soutenez financièrement ce service exceptionnel en versant un don sur son compte bancaire :

n° 310-1618732-82
IBAN : BE25 3101 6187 3282

Avec en communication : « Don 2010 »

... et abonnez-vous gratuitement à sa Newsletter !
Vous souhaitez recevoir des informations sur l'Observatoire de l'extrême droite, le journal RésistanceS.be et les réactualisations de son site Internet :
=> Abonnez-vous (c'est en plus gratuit, mais cela n'empêche pas de faire un don : revoir ci-dessus) à sa Newsletter : CLIQUEZ ICI



Affiche de la campagne d'information 2009 de RésistanceS.be, le web-journal de l'Observatoire belge de l'extrême droite © asbl RésistanceS.be 2010